BAB bar à brioches

Fin 2019, une adresse d’un nouveau genre a fait son apparition en plein centre de Paris : le BAB (Bar à brioches). Pourquoi d’un nouveau genre alors que, semble-t-il, elle est mono-produit ? Tout simplement parce qu’il y a une cuisinière derrière, à savoir Margaux Aycard. Dès lors, si les versions sucrées sont appréciables le matin ou à l’heure du goûter (enfin s’il en reste vu le succès de la maison), le midi l’ambiance est toute autre. Le snacking prend le dessus, avec des recettes élaborées, qui changent selon la saison, et qui sont toutes réalisées avec une pâte à brioche différente : pain de mie japonais, bun, brioche toastée, etc.
Bien que j’aie apprécié cette version salée, j’ai goûté un panel de l’offre sucrée, de la brioche feuilletée à la babka, en passant par la brioche perdue avec les invendus de la veille. Avec deux incontournables déjà.
.

 

LA BRIOCHE FEUILLETÉE CHOCOLAT-CACAHUÈTE-CARAMEL : pâte feuilletée levée chocolat, beurre de cacahuètes, caramel coulant.
Prix : 3,50 €.

Brioche feuilletée cacao au top, cœur caramel coulant, beurre de cacahuète. A toute heure de la journée, ça passe.


LA BABKA : pâte à brioche, garniture pâte à tartiner maison.
Prix : 3 € la part.

Pour le reste, on trouve aussi dans le BAB un bon roulé à la cannelle (avec glaçage à étaler soi-même) et une bonne babka praliné/halva. Mais j’ai surtout accroché avec la babka choco-noisette et le kouign-amann, rebaptisé « Queen », avec sa pâte à brioche qui substitue la traditionnelle pâte à pain.
Pour les invendus donc, les brioches servent pour « La brioche perdue » du lendemain avec son topping caramel foodporn. Moi perso, j’adore !

Le Queen Aman (3 €) / Le Cinnamon Roll (3 €) / La Babka chocolat/halva praliné sésame (3 €) / La brioche perdue (3 €).


En règle générale, je suis plutôt dubitatif avec les adresses monomaniaques, mais là c’est un peu différent puisque le salé est aussi important que le sucré. De plus, les recettes sont pensées et réalisées avec de bons produits, et surtout les brioches sont au point. Ça change souvent, et ça on aime !

.
.
.

 8 rue de la Boétie, Paris VIIIe.

Laisser un commentaire