Chez Meunier, la qualité de nouveau au rendez-vous

Je connais le travail de Thierry Meunier depuis un certain temps, il y a en effet une de ses boutiques dans mon quartier dans laquelle je m’étais déjà rendu. Mais à vrai dire, entre certains pains qui ne m’attiraient guère et des pâtisseries ou gâteaux de voyage qui étaient réalisés avec des caramels ou pâtes à tartiner industriels (Nutella, Lotus, etc.), je vois mal comment je pouvais être séduit. Je sais que les gens aiment ce genre de produits, mais désolé, pour moi, ce n’est pas très artisanal.

Mais ça, c’était avant. Avant que le chef, Meilleur ouvrier de France (MOF) boulanger, ne se recentre sur ses deux boulangeries de Boulogne-Billancourt. Ses autres boutiques franchisées sont toujours ouvertes, mais sont gérées au cas par cas par ses équipes (notamment La Chapelle, Niel, etc.)

Surtout, depuis septembre 2019, le côté sucré (pâtisserie notamment) a été repris en main par Elio Chaya, ancien chef chez Arlette & Colette de Sami Bouattour dans le 17e arrondissement de Paris. Il est arrivé avec le champ libre pour revoir toute la gamme, la moderniser, la retravailler et proposer des produits plus qualitatifs. Voici un échantillon qu’il m’a été permis de découvrir, de la pâtisserie à la viennoiserie, en passant par l’offre du goûter.

.

LE CHOCOLAT-NOISETTE : Pâte sucrée chocolat, financier noisettes concassées, ganache montée aux deux chocolats.
Prix : 4,90 €.


 Un gâteau autour du chocolat et de la noisette. Une très bonne tarte, régressive qui se mange sans faim. Simple, très efficace, un gâteau à l’image du renouveau de la maison. Encore une fois, je le répète, mais la qualité s’améliore de semaine en semaine chez Meunier jusqu’à devenir une adresse gourmande très sérieuse.

.
.
.


LE MONT-BLANC : pâte sucrée, crème brûlée et brisures de marrons glacés, mousse au marron, meringue, crème de marron.
Prix : 4,90 €.


Cette tarte façon Mont-Blanc en est le parfait exemple, plutôt équilibrée, bien dosée en rhum et surtout portée sur le marron.
Cette modernisation commence avec brio.

.
.
.
.


LE BABA AU RHUM : pâte a baba imbibée au Rhum ambré, crème parfumée au Rhum & vanille, ganache montée vanille.
Prix : Xx €.

Je mange (et je poste) rarement de babas. Parce que j’ai l’habitude d’en manger deux très bons (Lignac & Claire Damon), et parce que souvent, on oublie l’alcool. C’est pourtant l’essence même de ce dessert. Agréable surprise avec celui du chef dont l’appareil est moelleux à souhait et surtout bien imbibé. Surtout, il y a la dose de rhum (qu’on peut agrémenter u non avec la pipette fournie).
La crème et la ganache viennent apaiser le côté robuste du Rhum ambré. A ce prix-là, c’est vraiment très très bon.

.
.
.
.


LA TARTE TATIN : pâte sucrée amandes, crème brûlée à la vanille, compotée de pommes caramélisées, quenelle de mousse vanille.
Prix : Xx €.

Des pommes au bon goût de caramel et une jolie quenelle par-dessus. Je préfère quand le fruit est plus juteux, plus « confit », mais ça reste une très bonne tarte.

.
.
.
.


LES FINANCIERS : pâte à financier, garniture maison : praliné amandes-noisettes maison / pâte de pistache / caramel cacahuète maison / confit de cassis & crème de marron.
Prix : Xx € l’unité.

Qui dit gourmandise, dit financiers gourmands. Avant, ils étaient garnis de pâte à tartiner ou caramel industriel, trop sucrés. Mais c’était avant. Encore une fois, leur a offerts une seconde jeunesse : praliné, caramel et confit maison. La base a été réduite en sucre et surtout on a un produit de qualité.
Ravi que des efforts soient faits pour gagner en qualité.

.
.
.
.


LE »BIG » PAIN AU CHOCOLAT : pâte feuilletée levée, praliné maison.
Prix : Xx €.

Alerte MASTERPIECE avec l’énorme pain au chocolat à partager de la cheffe tourière Yasmine Menacer. Déjà énorme après la pousse (photo 3), il prend toute son envergure après cuisson. Complètement dingo honnêtement, moelleux à cœur, craquant sur les bords avec un praliné feuilleté d’une gourmandise… A goûter absolument !!

.
.
.
.


Il paraît qu’il y a d’autres merveilles à découvrir, comme les brioches, babkas, Paris6brest et autres pains. Rendez-vous donc en début d’année pour 2020, avec l’ouverture de la boutique-restaurant avenue Victor Hugo (Paris 16e).

.

 Chez Meunier, 29 avenue Niel, Paris XVIIe / 2 rue La Chapelle, Paris XVIIIe / 150 avenue Victor Hugo, Paris XVIe / 185 rue Crimée, Paris XIXe / Galeries Lafayette Gourmet, 35 bd Hausmann, Paris Ixe / 85 avenue Roule Neuilly, NEUILLY / Village nature, BAILLY-ROMAINVILLIERS.

2 Commentaires

  1. Je sors du magasin de l’avenue Victor Hugo, avec un pain au chocolat un croissant, un éclair pistache et griottes et une minuscule tarte framboises crème.
    Prix 20% plus cher que la moyenne pratiquée dans le quartier. Le tout acheté dans un bruit épouvantable. J’ajoute que j’ai du attendre 20 minutes avant d’être servi . Résultat gustatif, pain au chocolat et croissant gras, mous, et sans goût. Quant à la pâtisserie, l’éclair pistache griottes, avait un goût chimique prononcé et pour ce qui est de la tarte Aux framboises si la pâte sablée était bonne, la crème lourde bourative est venu tout gâcher. Je ne puis terminer sans évoquer le décor triste à mourir de ce magasin on semble être dans une catacombe.

    1. Je ne connais pas ce magasin qui vient d’ouvrir, désolé.

Laisser un commentaire