Fauchon : beau à l’extérieur, beau à l’intérieur ?

La grande Maison Fauchon n’est plus à décrire. Que ce soit partie traiteur ou sucré. Du coup, quand on y va, on s’attend à des produits de très très grande qualité. Enfin surtout quand on y met le prix..

.

LE PAIN AU CHOCOLAT-PRALINÉ : pâte feuilletée levée fourrée à la crème de praliné.
Prix : 2,20 €.


Je suis tombé par hasard dessus, et franchement j’ai été agréablement surpris. Super feuilletage léger, beurré (on connaît leur millefeuille) et parsemé d’amandes effilées. La crème chocolat-praliné à l’intérieur est excellente. J’ai tellement apprécié ma dégustation…

.
.
.
.


LE FLAN INDIVIDUEL : feuilletage caramélisé, appareil à flan à la vanille de Tahiti.
Prix : 3,80 €.

Processed with VSCO with s3 preset
Processed with VSCO with s3 preset

 

Contrairement à ce que j’avais pu lire, je ne l’ai pas trouvé trop sucré. Je n’ai pas non plus été choqué par sa taille (sa forme ronde donne peut-être l’illusion d’un petit gâteau…)
J’ai beaucoup aimé ce flan, avec une pâte feuilletée croustillante, un appareil crémeux et une légère couche de « cramé » sur le dessus. S’il était davantage vanillé, il ferait partie de mes tops à Paris.

.
.
.
.


.LE MONT-BLANC : biscuit moelleux au marron, crème de marron aux éclats de marrons, meringue enrobée de chocolat au lait, confit de myrtilles, crème de marron & ganache montée à la vanille.
Prix : 8 €.

Un petit Mont-Blanc, plutôt bon dans l’ensemble. Évidemment très élégant comme toujours dans cette institution. Après, on sent bien le marron, mais je ne suis pas ultra fan de l’association avec le chocolat au lait. Je passe encore sur le prix…

.
.
.


L’ÉCLAIR PARIS BREST : pâte à chou, crème praliné, praliné pur.
Prix : 7 €.

Comme chez Stohrer, il est présenté en version éclair. Il est très bon, rien à redire, la crème est bien dense et le praliné-pur gourmand. Pas révolutionnaire non plus, surtout pas au prix auquel il est vendu.

.
.
.


.

LE CROISSANT TIGRÉ FRAMBOISE : pâte feuilletée en deux phases, framboise.
Prix : 2,40 €.

[Pour les gourmands, il existe aussi à la pistache et au chocolat]

 

N’est-il pas appétissant ce croissant de bicolore ? Ils sont surtout très peu à en réaliser sur Paris (Jonathan Blot chez Acide le week-end, ou Laurent Duchêne avec son célèbre croissant au praliné). C’est une très belle surprise : le feuilletage est bien beurré et croustillant à souhait avec un bon goût de framboise. Tip top. Il paraît que les roulés sont exceptionnels également !

.

.
.
.


L’ÉCLAIR PARIS BREST : pâte à chou, crème praliné, praliné pur.
Prix : 7 €.

Comment ne pas essayer le Paris-Brest de Chez fauchon ? Comme chez Stohrer, il est présenté en version éclair. Il est très bon, rien à redire, la crème est bien dense et le praliné pur gourmand. Pas révolutionnaire non plus, mais on regrettera surtout son tarif « hors catégorie ». (Il restera en « bon » justement à cause du prix).

.

.
.
.


.

L’ÉCLAIR VIRGIN PIÑA COLADA : pâte à chou, crème pâtissière Piña Colada.
Prix : 6,50 €.

Bon, autant être clair et concis, grosse déception. Ce prix-là pour un éclair tout simple avec une crème sans goût, j’ai l’impression de juste payer le visuel. Je ne me ferai pas avoir deux fois.

.
.

.
.


L’ENTREMET ABRICOT-AMANDE : streusel aux amandes caramélisées, cake fondant, compotée d’abricots, mousse à l’amande.
Prix : 7,50 €.

Cet entremet abricot-amande de saison, est en revanche, excellent. Un petit streusel croustillant, un cake fondant et une compotée d’abricots frais, c’est du tout bon. La crème à l’amande aurait pu être écœurante, mais finalement hyper légère et en parfait accord avec le fruit. Très frais, très doux et monté à la perfection.

.
.

.
.


Le BABY CHOC ARGENT : biscuit moelleux, crème montée à la vanille, bavaroise vanille, gelée fraise et insert gélifié framboise.
Prix : 12€.

C’était une de mes bûches de Noël. Une superbe crème montée et bavaroise à la vanille, que l’on parvient tout de même à distinguer par leur textures ; deux inserts fruités gélifiés qui se ressemblent, mais se distinguent encore ; et une coque en chocolat qui frétille à chaque bouchée. Sans parler de la réalisation extrêmement minutieuse. Franchement, on s’est régalé et on a apprécié la douceur et la légèreté de ce dessert, parfait pour une fin de repas, malgré le prix.

.
.

.
.

Globalement, Patrick Pailler fait du très beau travail. Mais il faut dire que l’on paye le renom de la boutique avec des desserts sommes toutes très onéreux. Quand c’es réussi, c’est du tout bon, mais inversement, il ne faut pas être déçu. Sinon, ça ne donne pas envie de revenir.

.

 Fauchon, 30 Place de la Madeleine, Paris VIIIe / Gare de Lyon, 20 boulevard Diderot, Paris XIIe.

Laisser un commentaire