Quels gâteaux et pâtisseries manger à Venise ?

Une petite escapade à Venise ne se résume pas seulement à se balader dans la lagune et les magnifiques ruelles, à profiter du soleil, ou à déguster quelques glaces artisanales de la Cité des Doges.
En Italie, on aime manger aussi des gâteaux et des pâtisseries, même si celles-là sont très rares et loin d’être la spécialité de la ville, voire du pays. Voici tout de même un échantillon des plus réputées, de celles que l’on trouve le plus ou de celles qui ornent une bonne partie des « Gelataria », « Pasticceria » et « Osteria » vénitiennes. Et des meilleurs lieux bien sûr.

.

  • PASTICCERIA RIZZARDINI

La plus ancienne de la ville, elle a ouvert en 1742. A deux pas du Rialto, on passe devant lorsqu’on se dirige vers le Dorsoduro. On y trouve plusieurs biscuits secs comme les Pallone di Casanova (Boules de Casanova) ou les Fritole (bugnes aux raisins secs) en période de carnaval.
D’autres spécialités aussi comme :

– Le « Pane del Doge » : un genre de gros sablé, très dense à l’image des « Pains du pêcheur » à la pistache ou au chocolat (voir ci-après). De la farine, du sucre, des amandes et des raisins secs… c’est très bourratif.
Prix : 4 €.

– Le « Pera » : un genre de quatre-quarts local, auquel on a jouté de la confiture de pomme. Beaucoup lus sec que chez nous, compact. Heureusement qu’il y a la confiture pour le faire glisser.
Prix : 2 €.

– Le « Palmier » : spécialité aussi française, bien qu’importé par les pâtissiers de Catherine de Médicis. Ils n’ont rien à voir avec les nôtres. La pâte feuilletée n’est quasiment pas beurrée, l’élément est certes aérien, mais très friable et vide.
Prix : 1,50 €.

Pasticceria Rizzardini Località S. Polo, 1415, 30125, Venise (juste à l’Ouest du Rialto).

.

  • LE CAFFÈ FLORIAN

Sur la place Saint-Marc, il trône en face du Caffè Lavena. Deux institutions, mais celle-ci davantage, puisqu’elle a ouvert en 1720. On y déguste le fameux chocolat chaud (classique ou « con panna » – à la crème). Un chocolat pur dans la tradition.


On y déguste aussi les fameuses pâtisseries, en particulier le Tiramisu ou la tarte aux pommes. Et des créations glacées, comme le Tiramisu glacé que j’ai pris. Fin, avec de belles saveurs et frais, il représente cette institution.


Compter quand même 14,50 € pour cet entremet glacé. Pour les pâtisseries classiques, environ 10-11 €. Enfin 10,50 € à 12,50 € pour les chocolats chauds.
Des prix de palaces, mais un lieu où il est pratiquement impossible de passer à côté.

 Caffè Florian, Place Saint-Marc, 57, 30124 Venise.

.

  • LA MAISON COLUSSI, PASTICCERIA ARTIGIANALE

Fondée en 1840, cette petite pâtisserie familiale excentrée dans la ville, est très prisée des Vénitiens en période de carnaval mais également en dehors. Derrière les biscuits exposés, l’atelier rassure sur la qualité des produits, tout est fait sur place.
On y trouve les fameuses fougasses vénitiennes, les brioches et les petits gâteaux.
Quoi donc ? Des petits beignets, des Zaletti, des Amaretti, des Baci, des Pulcini (des petits canards en meringue) ou les Krapfen (beignets remplis de crème) que l’on trouve aussi et surtout à Vienne.

Mais aussi des Spumiglie (rond en meringue blanc et noir) et les Orsetti (biscuits secs avec chocolat).
Franchement une belle adresse, l’accueil y est hyper chaleureux. Et même si ces petites pâtisseries se résument à des biscuits secs, elles sont meilleures qu’ailleurs.

 Pasticceria Dal Nono Colussi, Calle Lunga S. Barnaba, 2867A, 30123 Venise (Dorsoduro, Est de la ville).

.

  • PASTICCERIA RIO MARIN

Tenue par Bianca Balestra, elle permet de déguster sur place ou à emporter des petits gâteaux salés mais surtout les douceurs sucrées et le fameux tiramisu (à la part 3,50 € ou entier pour 10-12 à 35 € !!).
Encore une petite adresse loin du tumulte du centre-ville, face au canal, qui dispose de quelques tables.

Le « Tiramisu » est vraiment excellent, bien crémeux et aérien, alors que la saveur du café est exaltée. On en mangerait des parts entières.

Pour les petits gâteaux : Zalettis, Canestrellis, sablés à la noisette ou à la confiture, Baicolis, Bussolais (en forme de Z) ou Buranellis (ronds avec un trou au centre), ce n’est pas mauvais, mais préférable à l’heure du goûter. Ils n’ont pas vraiment de goûts prononcés en réalité, donc la plus-value est à nuancer.

 Pasticceria Rio Marin, Località S. Croce, 784, 30135, Venise (Nord-Ouest de la ville).

.

Outre ces belles pâtisseries typiques, je me suis laissé tenter par des petits gâteaux que l’on voit partout dans la ville. A des prix différents mais surtout avec une tête différente !

– Les « Cannolis » à la crème : à première vue, rien d’appétissant. Recette de Sicile à la base, on en trouve partout à Venise. Un petit feuilleté rempli de crème ou de chocolat. J’ai opté pour la crème… Même si le feuilleté est moins pire que ce que je pensais, à savoir croustillant, la crème fait peur. Dense et ultra sucrée… Un petit gâteau qu’il faut manger à deux pour ne pas voir son taux de diabète exploser !
J’ai vu des recettes avec des feuilletages tout autres, donc ils doivent être bons en réalité !
Prix : 2 € environ.

– Les « Pane del Pescatore » ou les « Pains du Doge » à la pistache et au chocolat : des espèces de gros sablés/cookies/gâteaux secs à la pistache et au chocolat auxquels on a rajouté des amandes entières dessus, elles-mêmes recouvertes de sirop de sucre. Franchement, on cherche encore le goût du chocolat ou de la pistache. La texture est étrange, ni sablée, ni moelleuse. Un genre de gâteau fait avec des blancs d’œuf.
Prix : entre 2,50 € et 3,50 €.

– Un « Croccante » aux noisettes ou à la pistache : tout simplement un mélange de noisettes/pistaches/amandes avec du caramel. Un croquant en somme. C’est la bonne surprise sucrée dans cette ville qui permet de mettre fin à une petite faim. Un peu sucré mais relativement léger. Plus ou moins bon selon les maisons !
Prix : 3 €.

– Une « Crosta di Mandorle » : variante du Croccante, c’est davantage une tarte : une base de pâte sablée, un genre de crème aux amandes assez sèche et des amandes sur le dessus. Ce n’est pas mauvais mais sec encore une fois.
Prix : 3,50 €.

Voilà, globalement les pâtisseries vénitiennes (mais surtout italiennes) sont une déception pour moi. Il n’y a quasiment que des biscuits secs, sans saveurs, qui sont relevés soit par des pépites de chocolat, de la noisette ou de la confiture.
Si ce ne sont pas des biscuits, les autres pâtisseries sont fourrées à la crème, absolument pas raffinées et trop sucrées.
Seul le Tiramisu tire son épingle du jeu, dans quelques pâtisseries traditionnelles (Rio Marin) ou les grandes maisons (Caffè Florian ou Caffè Lavena). Évitez le reste.

.
A découvrir aussi :

Rosa Salva (juste au-dessus de la Place Saint-Marc, Calle Fiubera, 950, 30124 Venise).
Tonolo (quartier San Polo, Ouest de la ville – Calle S. Pantalon, 3764, 30100 Venise).

Laisser un commentaire