Vienne : cafés, pâtisseries… où manger les meilleurs gâteaux de la ville ?

Une course, pas moins de 20 pâtisseries goûtées en deux jours, du thé ou du chocolat chaud pour éponger tout cela… tel était le programme de mon petit week-end en Autriche. Certes, nous étions trois.
Il faut dire que le pays voisin de l’Allemagne n’est pas réputé pour sa gastronomie salée, en dehors des Wiener Schnitzel (escalope viennoise), goulaschs, petits pains ou des Käsekrainer (saucisses au fromage). Du coup, il faut se rabattre sur le sucré. Bien que le terme « se rabattre » n’est pas forcément approprié.
L’Autriche et Vienne, en particulier, offre un choix énorme de gâteaux, souvent dans le même style mais rarement égalés. Beaucoup de crème, mais de la légèreté, que l’on peut déguster dans leurs nombreux cafés qui font la réputation de la ville.
Alors où manger les meilleurs gâteaux, pâtisseries et desserts à Vienne? Voici une petite (large) sélection.
.

LES CAFÉS

.

  • Le Café Demel

– Une NUSSKAFFEE TORTE : biscuit à la noisette fondant, crème au beurre allégée au café/praliné, glaçage sucré.


Prix : 4,50 €.

Une tarte à la crème dont raffolent les Viennois et Autrichiens en règle générale. J’étais plutôt sceptique sur l’association crème au beurre + café combinés, mais finalement cette tarte s’avère plus que légère et fondante. Le café n’est pas trop fort, la noisette ultra-présente dans ce biscuit fondant à plusieurs étages. Seul le glaçage au fondant est trop sucré (surtout la partie arrière).

– Une CLEOPATRA TORTE : biscuit cacao, crème au beurre chocolat/café, confit de fruits rouges (cerise), glaçage fondant-chocolat.


Prix : 4,50 €

Mon ami gourmand Fulguropain m’en avait parlé et l’avait surtout testé conte toute attente. Elle est dans le même esprit que la Nusskaffee Torte, avec un empilement de biscuit imbibés et de crème au beurre. Sauf que cette fois-ci, c’est du chocolat qui est présent en majorité, contrebalancé par une petite confiture aux fruits rouges (sans doute à la cerise et au kirsch) dans sa partie basse. La crème, encore une fois, est très light pour une crème au beurre. Le fondant passe mieux que la tarte précédente.

– Un TOPFENSOUFFLE TORTE : appareil à cream cheese, fumet de vanille.


Prix : 4,50 €.

Il était notre caution « légère » de notre début d’après-midi. Ce soufflé au fromage frais sous forme de tarte a tenu toutes ses promesses. Alors en vérité il n’est pas si aérien qu’il n’y parait, le cream cheese étant quand même assez dense, mais l’appareil est au final assez aérien et doucereux en bouche. Un petit goût de vanille vient agrémenter le tout. C’est convaincant.

– Une VANILLE CREME SCHNITTE : pâte feuilletée, crème pâtissière à la vanille, sucre glace.


Prix : 4 €.

Dernier acte au Café Demel, ce petit dessert à la vanille qui ressemble trait pour trait à un millefeuille. Le feuilletage est quasiment parfait, très léger, peu beurré et craquant. Le manque de beurre serait gênant ? Pas du tout, étant donné la couche de crème. Une crème justement qui est pâtissière, bien vanillée, mais pas lourde comme dans la plupart des millefeuilles que l’on peut connaître. Aux frontières entre la crème pâtissière et le crémeux. Encore un joli gâteau.

.

 

 

 

 

 

 

.

Chez Demel, les chocolats chauds viennois (Gewürzshoko Vanille) sont vendus au prix de 5,70 € avec de la crème fouettée. C’est de mon avis le meilleur de ces cafés testés. Le lieu est somme toute rétro, plutôt accueillant. Le nombre de tartes proposées, impressionnant.

Kohlmarkt 14, 1010 Vienne.


  • Le café Diglas

 

– Un APFELSTRUDEL : composé d’une pâte feuilletée et de morceaux de pommes croquants, dans une compote aux effluves de cannelle.


Prix : 4,30 €.

L’Apfelstrudel, c’est le dessert référence en Autriche avec la Sacher Torte. Il est aussi un des préférés des Viennois. Très rafraîchissant par rapport à ses compères grâces à ses notes fruitées, il est souvent accompagné d’une boule de glace ou de crème anglaise (pas ici). Des fruits croquants, un goût de cannelle prononcé, et une compotée intéressante, on a aimé.

– Une SCHWARZWÄLDER (forêt noire) : Biscuit Sacher cacao, crème fouetté/chantilly vanille, cerise griotte, copeaux de chocolat.


Prix : 4,30 €.

La traditionnelle forêt noire, originaire d’Allemagne. Incontournable aussi. Cette version est quelque peu décevante. En rien, elle ne se dénote de ses concurrents et rappelle les versions que l’on peut trouver en France. Une référence à la tradition, sans surprise. C’est bon mais sans plus.

– Une SCHOKO TARTE : Biscuit sacher au chocolat imbibé au cacao, mousse chocolat légère.


Prix : 4,30 €.

Un gros risque de pris avec cette tarte. Nous ne voulions que du chocolat, mais cette tarte avait l’air bien lourde. Eh bien détrompez-vous ! Le biscuit est sensationnel, fondant, léger et imbibé. Surtout il est surplombé d’une mousse en trompe l’œil d’une légèreté inégalée. Je me demande combien de jaunes d’œufs ont été utilisés pour la monter à ce point et garder son fort goût de chocolat, mais j’applaudis.

Chez Diglas, les chocolats viennois et thés sont tous à 4,30 €, comme les pâtisseries. C’est le point fort du lieu avec des prix totalement raisonnables pour un lieu aussi connu. Globalement les gâteaux sont tous très bons, une bonne douzaine sont disponibles en vitrine. Prévoir de faire la queue le vendredi après-midi ou le samedi.

Wollzeile 10, 1010 Vienne.


  • Le Sacher Café

– Une SACHER TORTE : pâte à génoise au chocolat (ou biscuit Sacher, le fameux), confiture d’abricots, glaçage fondant au chocolat. Accompagné de crème fouettée.


Prix : 6,50 €.

Qui ne connaît pas la Sacher Torte, gâteau mis au point par Franz Sacher au début du 19e siècle ? Pour y goûter, rien de mieux que de se rendre dans le café (ou l’hôtel) qui porte son nom en face de l’Opéra à Vienne, le fameux Café Sacher.
Bon, soyons clair, c’est sans doute le dessert pour lequel j’ai pris le moins de plaisir. Parfois, la réputation ne fait pas tout, ou alors est usurpée. Ce n’est pas mauvais en soi, mais le chocolat n’est pas assez prononcé, la confiture quasi inexistante, et surtout le glaçage trop épais en particulier sur le dos du gâteau. En revanche, la crème fouettée qui l’accompagne, pas du tout sucrée, est excellente et légère.
Très honnêtement, si on va à Vienne, il est normal d’y succomber, mais le plaisir ne sera pas intense.

– Un TOPFENSTRUDEL : d’un appareil léger au fromage blanc agrémenté de raisins secs. Il est servi avec une crème anglaise ou une boule de glace.


Prix : 6,90 €.

Un joli dessert, servi dans ce mythique café. Il est pour moi idéal pour un petit déjeuner ou une pause goûter. Sans doute le dessert que j’ai préféré. L’appareil est compacte mais gourmand, la présence de raisins secs est un plus, et la pâte est convaincante (imbibée comme il se doit). Très, très bon.
Servi avec boule de glace ou crème anglaise, au choix.

– Une HIMBEER-ZITRONEN TORTE MIT JOGHURT : biscuit pistache, cream cheese au citron, yoghourt, insert purée de framboises.


Prix : 5,20 €.

Il est le dessert le plus léger et le plus rafraîchissant que nous avons mangé pendant ces deux jours. Un genre de cheesecake ultra-léger, au bon goût de citron. L’insert à la framboise apporte acidité et peps au gâteau, et pour cause, il n’est pas sucré. Le biscuit avec ses petits morceaux de pistache est très plaisant !

.

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Un Café mythique. Un lieu qui l’est tout autant. Cela se ressent dans l’accueil, bien plus clinquant et sérieux qu’ailleurs (peut-être un peu trop d’ailleurs). Quoiqu’il en soit, le lieu est sympathique, surtout si l’on a la chance de se retrouver sous la verrière donnant sur la rue. On paye le prix du lieu et de la réputation. Les cafés, par exemple (les Einspänner ou Melange avec crème) sont vendus à 5,30 €.

Philharmoniker strasse 4, 1010 Vienne.


  • Le Café Central

 

.

.
.

.

 

 

 

.

– Un KAISERSCHMARRN : pâte à crêpes allégée, montée avec des blancs en neige sous formes de petits morceaux. Accompagné ici d’une confiture avec morceaux de prunes.

.

.
.
.

.

 

 

.

Prix : 8,90 €.

Encore une spécialité typique autrichienne, que l’on ne trouve pas dans tous les cafés. Celle-ci a été dégustée dans le Café Central, haut lieu du gratin viennois. Le Kaiserschmarrn est un plat à lui seul. A l’époque, il était préparé pour les enfants après qu’ils aient mangé une soupe. Un dessert certes, mais on appelle cela ici un « plat sucré ». Il faut dire que l’assiette est plus que conséquente. Comparé à un pancake par sa texture, il est servi tiède. J’ai beaucoup aimé personnellement, mais il est vrai qu’il est préférable de le partager à plusieurs si l’on n’est pas un gourmand ou un passionné averti de la cuisine autrichienne. Régressif, mais le plus lourd des desserts mangés durant ce week-end.

– Une SCHWARZWÄLDER (forêt noire) : biscuit Sacher au chocolat, crème chantilly à la vanille et cerises griotte.


Prix : 4,60 €.

Au Café Central, toutes les pâtisseries sont travaillées voire revisitées. Le visuel d’ailleurs, donne davantage envie que la forêt noire de son compère, le Café Diglas. Avec ce specimen, on entre dans une autre dimension. Cette petite pâtisserie est toute légère, et a été finie en trois cuillères après le Kaiserschmarrn. C’est « passé crème » si je puis dire. La crème est soyeuse et absolument pas écœurante, les fruits présents en grande quantité. Seul petit bémol, le biscuit Sacher (bien fondant), présent en faible quantité.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Ici, au Café Central (le plus grand des cafés viennois), les chocolats chauds sont vendus 5,10 € l’unité. Outre la vitrine pâtissière, on peut y manger les plats typiques salés. Un lieu chaleureux, de gigantesques tables, des tableaux retro. Très bel endroit où l’on mange bien !

Herrengasse 14, 1010 Vienne.


  • Le Café Landtmann

– Une MOZART TORTE : biscuit au chocolat, biscuit imbibé au café, mousse légère au chocolat, mousse légère à la vanille, cacao.

Prix : 5,50 €.

La meilleure tarte à proprement parler de la ville. Un doux équilibre entre crème mousseuses à la vanille et au chocolat. Des biscuits ultra-légers, un gâteau qui se mange en une bouchée.

Au Café Landtmann, le thé est à 5,70 €. Il possède une belle terrasse et une carte qui affiche 25 desserts… Que de choix !

Universitätsring 4, 1010 Vienne.


  • Le Café Hawelka

– Les BUCHTELN : petite brioche d’origine allemande coupée en petits morceaux, fourrée à la confiture (cerise, prune, abricot). Une brioche fabriquée avec de la crème et non du beurre.


Prix : 6,90 €.

Dans ce lieu au charme désuet (où toutes les surprises sont possibles, nous avons eu la belle surprise de voir entrer un homme nu faire l’aller-retour devant nos yeux ébahis – il paraît que c’est une tradition liée à une légende…), on a senti dès notre entrée le fumet sucré de la brioche. Des effluves qui nous attirent à toutes heures, dans un lieu moins prisé par les touristes. Niché dans une petite ruelle près de la Stephanplatz, ce café laisse planer une ambiance littéraire et feutrée mais totalement relaxante.
Vous ne trouverez pas ici les fameuses tartes viennoises, mais un endroit atypique, ça a aussi son charme. A tester absolument !

Dorotheergasse 6, 1010 Vienne.


LES PÂTISSERIES/KONDITÖREI

  • La pâtisserie L. Heiner (Hofzuckerbäcker)

– Une MARZIPAN KARTOFFEL : marzipan (pâte d’amande), cœur marzipan chocolaté, enveloppé de cacao en poudre.


Prix : 3,80 €.

Très intriguant au visuel, nous n’avions pas osé le prendre au Café Diglas. Je l’ai pris finalement dans cette pâtisserie/salon de thé où l’on peut emporter. Si on aime la pâte d’amande, c’est parfait, quoique un peu gros parce qu’il n’y a que ça. Encore plus gourmand avec son cœur chocolaté, ce petit gâteau est souvent offert au moment de Noël. Pas mal (le cacao en poudre est sûrement de trop).

– Un SACHERPUNSCH: biscuit Sacher imbibé au rhum, confiture d’orange amère, glaçage fondant au chocolat.


Prix : 3,60 €.

Ce petit gâteau, qui est plus petit qu’une part de tarte, est vendu au format individuel, et a aussi fait la réputation du Café Sacher. Mais contrairement à la Sacher Torte, il est extrêmement bon. Si le biscuit est identique, les autres éléments apportent une gourmandise et du relief à un dessert qui en manquait. Beaucoup de confiture d’orange déjà, un biscuit imbibé avec du rhum, surtout. Cela change tout, cela coule dans les mains. Le chocolat est plus prononcé. Excellent.

– Une GRILLAGE SCHIFFERL : pâte sucrée, crème au beurre café, crème sucrée praliné, nougatine.


Prix : 3,90 €.

En gros c’est la version viennoise de la petite barquette française. Elle est un peu retravaillée, avec une bonne crème au beurre au café pas trop forte. Le praliné est appréciable, tout comme la nougatine. Rien à redire sur la pâte sablée. Mais un peu cher pour ce que c’est.

Une belle adresse avec une variété intéressante de pâtisseries ou petits gâteaux autrichiens. Des prix raisonnables globalement (à part sur le barquette). Des produits typiques. Cette adresse centrale vaut un petit détour. On peut aussi consommer sur place à l’étage.

Kärntner strasse 21-23, 1010 Vienne.


  • La Maison Felber

– Un NUSSSCHNECKE : pâte briochée, crème et éclats de noisettes.


Prix : 1,90 €.

Il s’agit tout simplement d’un roulé à la noisette. Les Autrichiens, comme les Allemands adorent ce fruit sec et le travaillent très souvent. Une belle crème de noisette, une pâte briochée croustillante. A ce prix-là, il faut foncer.
Fulguropain, qui avait aussi séjourné dans la capitale autrichienne, avait fondu pour le Nussstrudel. Je n’en ai pas trouvé et me suis donc rabattu sur cette viennoiserie. Pas de déception pour la Maison Felber.

Tuchlauben 11, 1010 Vienne / Herrengasse 6-8, 1010 Vienne / Wollzeile 23, 1010 Vienne.


LE MARCHÉ DE NOËL (devant le Rathaus – Hôtel de ville)

– Les KRAPFENS : pâte levée frite dans l’huile, fourrage au choix (vanille, chocolat, chocolat-nougat, abricot, framboise, pomme-cannelle, etc.)

Prix : 1,50 €.

Vendus sur le marché de Noël, dans les échoppes de la ville ou les nombreuses boulangeries, cette gourmandise d’origine austro-allemande (appelée aussi Boule de Berlin) est en réalité un petit beignet. Mais attention, encore une fois le Viennois fait attention à sa ligne. Il est loin le beignet graisseux américain. Ici la pâte est levée. Alors bien sûr ce n’est pas des plus diététiques, surtout avec le fourrage, mais c’est parfait pour un goûter.
En Autriche, il est généralement consommé à Noël ou lors des carnavals.
Ici, on a testé au chocolat-nougat (très bon même si l’on cherche encore le nougat), à la pomme-cannelle (très frais) et à l’abricot.

– Le SABLE Á LA NOISETTE : biscuit fourré à la crème de noisette.


Prix : 1,50 €.

Un biscuit tout simple, mais avec une crème de noisette avec morceaux typique. Sans doute à base de crème, elle est plutôt goûteuse mais peut-être bourrative en grande quantité.

A Vienne, le marché de Noël qui jouxte la patinoire devant l’hôtel de ville (Rathaus) ferme en mars. De quoi profiter encore plus de la magie de cette période dans ce pays et des traditions locales.

Friedrich-Schmidt-Platz 1,  1010 Vienne.

Un joli week-end au pas de course, c’est le cas de le dire, afin de découvrir toutes ces nombreuses douceurs viennoises. Je tiens à remercier une nouvelle fois mes compagnons de route pour ce périple et l’ami gourmand Fulguropain pour m’avoir fourni de nombreuses adresses. A plusieurs, c’est toujours mieux. Un partage, qui je l’espère, vous permettra à votre tour de découvrir Vienne, du côté sucré !

Crédit photos : Xavier M. / Lucie E. / Ludovic LB.

Laisser un commentaire