Vandermeersch : spécialité Kouglof et millefeuille

Le pâtissier Stéphane Vandermeersch bénéficie aujourd’hui d’une réputation sans égal dans paris, dans un XIIe arrondissement où peu de pâtissiers ont osé s’aventurer. Avant tout boulanger, il est réputé pour ces pains et viennoiseries (excellents croissants et pains au chocolat). Mais pas que. Belge, mais né en Normandie, il a surtout appris aux côtés du maître de la discipline, l’Alsacien Pierre Hermé, peut-être la raison pour laquelle il maîtrise si bien le kouglof, une de ses spécialités. Depuis 1999, date à laquelle il a ouvert sa boutique, il perpétue la tradition de cette viennoiserie de l’Est de la France.
Parce que oui, on vient de tout Paris pour goûter son kouglof, maintes fois élu meilleur de Paris. Boulanger de l’année en 2015 et Meilleure boulangerie de paris (émission de M6) en 2013, sa réputation n’est plus à établir.
Aujourd’hui, on court aussi pour son millefeuille, son autre spécialité. Alors ces deux éléments valent-ils le coup ?

.

LE MILLEFEUILLE : pâte feuilletée, crème pâtissière légère à la vanille.
Prix : 3,90 €.

Ce millefeuille a désormais une réputation. Au niveau du feuilletage, on est sur du très bon, pas hyper croustillant (mais en fin de journée cela me semble logique), en tout cas bien beurré et travaillé. La crème pâtissière est, elle, d’une tenue vraiment légère mais elle manque de vanille pour que les saveurs explosent en bouche.
En termes de rapport qualité/prix, je comprends maintenant son titre de meilleur millefeuille de Paris. À moins de 4 €, c’est imbattable et surtout il n’a rien à envier à certains ! Ce n’est pas le meilleur de Paris, mais assurèrent une valeur sûre.

.
.

.


LE KOUGLOF : genre de brioche imbibée, fruits confits.
Prix : 9,17 € pour un exemplaire petit/moyen (Sinon c’est au poids et variable selon la taille).

Il va sans dire que, à l’image de la brioche, le kouglof est meilleur quand il est en grand format. Mais peu importe, celui de Stéphane Vandermeersch est bon tout le temps, qu’il soit petit ou pour 8 !
L’appareil est ultra moelleux, en tout cas le plus moelleux que j’ai pu goûter, la croûte extérieure légèrement craquante. Surtout, la pâte est bien imbibée : pas trop bien sûr, sinon ce serait une éponge, mais assez pour sentir les effluves de la fleur d’oranger ou des fruits confits. Le sirop de sucre qui le recouvre n’est pas gênant… je confirme qu’à Paris (j’en ai goûté deux-trois autres), c’est de loin le meilleur !

.
.
.

Chez Vandermeersch, on perpétue ainsi une tradition artisanale. Grâce à son savoir-faire acquis chez Hermé ou Fauchon, le boulanger-pâtissier redonne ses lettres de noblesses à des classiques français, régionaux ou de la vie quotidienne, sans faire de fioriture.
On apprécie le service, le côté simple et les prix ! Mois de 4 € un gâteau de cette qualité à Paris, c’est cadeau !

.

 Pâtisserie Vandermeersch, 278 avenue Daumesnil, Paris XIIe.

2 Commentaires

  1. Fan de millefeuille j’ai testé celui ci qui avait bonne réputation et en effet un prix défiant toute concurrence mais j’ai été déçue par un feuilletage beaucoup trop humide (acheté un dimanche matin avec une météo ne justifiant pas cela). Tentée par le koughlof je l’ai goûté (dévoré) aussi et c’est en effet une diablerie addictive avec son intérieur humecté de fleur d’oranger et ses noisettes, je regrette juste qu’il soit extrêmement sucré.

  2. Pour le millefeuille, en y réfléchissant, je vous rejoins, mais je me dis que pour le prix cela reste honnête. Néanmoins c’est vrai que pour un maître du feuilletage comme lui, on pourrait avoir encore mieux.
    Concernant le kouglof, malheureusement ce dessert est très sucré de base, et je n’ai encore pas trouvé mieux et moins sucré (sur Paris).

Laisser un commentaire