KL Pâtisserie : Kévin Lacote a pris ses quartiers à Wagram

Il a ouvert en octobre dernier dans le très huppé 17e arrondissement de Paris. Après environ trois mois de travaux, Kévin Lacote a posé ses valises en face du métro Wagram, non loin du Parc Monceau et des Champs-Elysées. Passé par le George V ou chez Yannick Alléno, il a décidé de se mettre à son compte, avec un concept de salon de thé de haute qualité, mais où les desserts sont aussi disponibles à emporter.
Un endroit au décor cosy et épuré, teinté d’or et de bleu, qui prête à la relaxation. Et depuis son lancement, s’il a des créations phares (le Wagram, la Jaune Limone – sa tarte au citron – le Saint-Honoré, la Pomme Solognote…ou les cookies et financiers pour les biscuits), il créé chaque mois de nouvelles pièces.

.

LE MONT-BLANC : base pâte sucrée cacao, mousse aux marrons, insert de marrons confits, vermicelles de crée de marron, bulle de meringue craquante, renfermant un confit de myrtilles, demi-myrtilles fraîches.
Prix : 6 €.

Il est tout beau, il est tout frais et vient de sortir ce week-end… je veux parler du Mont-Blanc de Kévin Lacote chez KL Pâtisserie que j’ai goûté tout à l’heure.
Papapa la version de cette année est une grande réussite. Comme d’habitude chez KL, on retient un mot : l’ÉQUILIBRE.
Le marron est bien présent (sous 3 textures), la fraîcheur avec le confit de myrtilles place de façon très ingénieuse dans la bulle de meringue
Non franchement chouette Mont-Blanc et beau boulot !

.
.
.
.


.

Outre ses pâtisseries vendues en boutique, Kévin Lacote réalise avec son équipe des desserts-minute lorsqu’on consomme sur place. Le millefeuille bien entendu (aussi disponible à emporter), mais surtout trois autres éléments : le pain perdu avec sa confiture de lait gourmande (brioche caramélisée qui vaut le détour) ; une tarte soufflée au chocolat ; et les fameux churros.
LES KL CHURROS : pâte vanillée, sucrée légère et frite | Confiture orange-passion & sauce chocolat | 5 pièces.
Prix : 7,50 €.

 

On est loin ici des churros de fête foraine, dégoûtants, qui ont baigné dans le gras et le sucre. C’est subtil, on s’en lèche les babines. Et en plus, ils sont accompagnés d’une sauce au chocolat doucereuse et d’une petite confiture passion-orange.

.

.
.
.


LE NUSTY CAFÉ : biscuit noisette, croustillant chocolat, crème brûlée café, mousse noisette.
Prix : 7 €.

Si je l’ai pris, ce n’est pas grâce au café, au contraire. En pâtisserie, je n’en raffole pas. Mais avant tout par l’attrait de la noisette. A l’image du Karadamia, son dessert signature, Kévin Lacote maîtrise son sujet à la perfection, j’imagine que ce dessert n’a pas été pensé à la légère. Le biscuit noisette est super bon, mais la clé de la réussite de cette pâtisserie, c’est l’alliance entre la crème brûlée au café et la mousse noisette. Aucune des deux ne prend le dessus sur l’autre, mais pour autant, on sent bien les deux saveurs.

Un dessert d’une extrême délicatesse, dont les notes rondes exacerbent la gourmandise.

.

.
.
.


.

LE WAGRAM : chou croustillant, feuilleté noisette du Piémont légèrement caramélisé sur le haut, feuilletage nougatine-noisette, crème légère pralinée maison.
Prix : 5,50 € (6,50 € sur place avec un verre d’eau détox).

Un Paris-Brest revisité très gourmand et raffiné, hommage au quartier comme il le décrit. Le feuilletage et la pâte à chou croustillante sont une base excellente pour entrer de plein fouet dans ce dessert au praliné. La crème est soyeuse et se tient bien, tandis que les noisettes projettent une longueur en bouche plus qu’appréciée. J’ai surtout adoré le dessus, un feuilletage avec une nougatine qui propose du croquant et un côté caramélisé super intéressant. Superbe.
Bon le visuel ne rend pas aussi bien que les versions actuelles. J’y suis allé quelques jours après l’ouverture, et les derniers réglages devaient encore apportés je pense.

.
.
.


LE KARA DAMIA : pâte sucrée, dacquoise coco, mousse de lait, noix de Macadamia.
Prix : 5,50 €.

Un dessert que j’ai découvert à l’occasion d’un événement consacré au caramel, qui regroupait une flopée de pâtisseries. Un super dessert, clairement. Dans la réalisation, dans la finition, dans le goût. C’est vraiment un grand plaisir de croquer dans cette pâte sucrée et découvrir une petite mousse de lait ronde et fondante, aux notes caramélisées.
Un petit reproche, il est assez sucré. Je sais que je l’ai mangé en fin d’événement, donc j’avais déjà beaucoup de sucre en bouche, mais je ne suis pas réticent aux doses de sucre en général. J’imagine que c’est le glaçage du dessus qui confère cette impression sucrée. Après, pour les gourmands, disons qu’il ne faut pas manger d’autres gâteaux avant. Une très belle pièce.

.
.
.


LE MILLEFEUILLE (monté minute) : fine pâte feuilletée caramélisée, crème légère à la vanille Bourbon, caramel demi-sel.
Prix : 6 €.

On ne va pas se mentir, c’est un des meilleurs millefeuilles que j’ai pu manger, même si je ne les ai pas tous testés à Paris. Le gros point fort ? Ce feuilletage, comme on peut le voir, fin et développé, de surcroit caramélisé. Friable et croustillant, tout ce que j’aime, rendu possible grâce à son montage minute en boutique.
Ensuite, la crème est très bonne puisqu’elle est légère et vanillée (on aperçoit clairement les graines de gousse). Mais à titre de comparaison, je préfère encore la crème d’Hugo & Victor encore plus vanillée. Enfin, un peu de caramel coulant au milieu, que c’est gourmand.

.
.
.


LA JAUNE LIMONE : pâte sucrée, citron confit, crème d’amande, crème citron jaune, meringue citron vert.
Prix : 5,50 €.

Ce que j’aime dans cette tartelette de Kévin Lacote ? Son nom déjà, ça change de la traditionnelle « tarte au citron meringuée ». Ensuite, le jeu de textures et les goûts. Parfaite maîtrise de la pâte sucrée ; la crème au citron jaune est acidulée à souhait (après tout, c’est ce qu’on recherche quand on mange une tarte au citron, sinon on passe son chemin) : enfin j’adore la meringue, craquante à l’extérieur, coulante à l’intérieur. Le tout agrémenté de citrons confits et morceaux de citrons verts, l’acide et le sucre se mêlent à merveille. Seule la crème d’amande me paraît inutile. Il est rare que je sois ébloui par une tarte au citron.

.
.
.

.

Clairement, Kévin Lacote a trouvé son créneau, a su « mettre sa pâte » dans un quartier plutôt aisé. Cependant, il ne pratique pas de tarifs trop dispendieux et utilisent des produits de qualité et de saison. La cuisine ouverte sur le salon de thé est un gros plus, davantage lorsque certains desserts sont montés devant vous. TOP ADRESSE !

.

 KL Pâtisserie, 78 avenue de Villiers, Paris XVIIe.

10 Commentaires

  1. J’y suis allée cet après-midi et c’était vraiment excellent. Un gros coup de cœur pour le mont blanc (crémeux marron et brisures, confit de myrtilles, meringue), mais tout était vraiment divin. J’ai adoré aussi le choco mani (croustillant cacahuètes, noix de coco torréfiées, mousse légère de coco, crémeux chocolat citron vert) pour ses associations de saveurs et de textures…un vrai bonheur tant en bouche que gustatif. J’ai aussi goûté le millefeuille monté minute avec un excellent feuillletage caramélisé et une crême vanille bien parfumée, tout juste délicieux. Quant au dessert signature kara damia , je l’ai trouvé en effet un peu plus sucré, ce qui n’était pas du tout le cas des autres créations mais avec aussi un effet en bouche très agréable. Le chocolat chaud était excellent et m’a rappelé celui de Jean-Paul Hévin avec mention spéciale pour le viennois offrant une chantilly vanillée du tonnerre (j’ai goûté chez mes voisins c’était topissime et sacrément gourmand). J’avais opté pour un thé genmaïcha que j’adore et que j’étais ravie de voir sur la carte mais ai trouvé qu’il manquait un peu de caractère. Une adresse exceptionnelle et certainement très fiable où je retournerais avec plaisir, ne serait ce que pour faire goûter les churros à mon fils qui adore cela car il n’en proposait pas aujourd’hui.

    1. Ah ca me fait plaisir que vous ayez apprécié, un peu de folie avant les fêtes à ce que je vois 😀 J’imagine que pour les churros, cela est dû à l’intensité du travail pour les fêtes…

  2. Eh oui c’est l’époque des gourmandises, et c’est toujours formidable de découvrir de nouvelles adresses, surtout lorsqu’elles sont de cette qualité. Je l’avais découverte sur votre blog et un maître d’hôtel dans un restaurant me l’avait recommandée aussi. Une adresse que je peux vous recommander vivement aussi, la maison Epicure à Neuilly (30%sur la carte rendent les prix tout à fait corrects en réservant sur la fourchette) réunissant une équipe passionnée et adorable, un maître d’hôtel prévenant et plein d’humour, un cuisinier talentueux utilisant des produits de qualité pour une cuisine savoureuse, une belle terrasse au calme en été. Un lieu rare. Si vous êtes tenté, mieux vaut être prévenu ( je ne l’étais pas et ai été un peu surprise en entrant) , c’est « la cantine » d’un club privé très sélect ouvert depuis juillet au public et accueillant encore beaucoup de ses membres qui ont un âge avancé donnant un peu l’impression d’entrer dans une maison de retraite de grande classe.

  3. Je vois que vous avez bien apprécié aussi ce mont blanc. Je l’ai vraiment trouvé parfait tant au niveau de la composition, des jeux de textures, du rendu visuel et surtout de la saveur. L’ajout de myrtilles, que j’adorent est un vrai plus pour moi, la présence de la meringue sous une forme originale croquante extérieurement fondante intérieurement est très appréciable ….je crois qu’il est devenu mon nouveau mont blanc parisien préféré… Bref! J’en suis dingue😉!

  4. J’y suis retournée aujourd’hui et j’ai goûté au flan vanille bourbon, offrant une pâte croustillante et un goût prononcé de vanille. J’aurais peut-être préféré une crême un peu plus onctueuse mais c’était quand même top! Quant au chocolat chaud viennois, je l’adore!

  5. Je n’ai jamais goûté à son flan à vrai dire donc je vous laisse juge 😁

  6. J’en mange très peu souvent ( car ai souvent trouvé cela un peu gélatineux ce que je n’aime pas du tout) et suis loin d’être experte en la matière, mais celui-ci je l’ai aimé.

  7. Encore un passage chez Kevin Lacote où rançon du succès (et de la médiatisation) il y avait beaucoup de monde! Il est dans les tuyaux qu’il est le meilleur pâtissier de France 2018, alors cela ne va pas s’arranger ! J’ai adoré son dessert de saint Valentin fait de 2 cœurs de mousses aérienne, superbe visuel bien que sobre , mais ai été un peu déçue par le Wagram quoique j’ai également bien aimé le dessus ( j’espérais un cœur praliné coulant comme celui de l’atelier muscade qui me reste en mémoire).

    1. J’ai vu des coeurs, ils m’avaient l’air bien bons en effet. Le Wagram, je l’avais beaucoup aimé à l’époque. Moins gourmands en effet que ceux que l’on trouve maintenant. Mais c’est bien aussi.

      1. Oui c’est vraiment une belle création et le chef m’a dit que d’autres nouveautés étaient prévues pour bientôt. J’ai repris aussi un morceau de mont blanc qui m’a paru toujours aussi bon. Eh oui c’est que je deviens exigeante, venant d’en goûter un qui m’a laissé un tel souvenir 😋! Je n’aime pas comparer mais le pralin coulant c’est quand même top!

Laisser un commentaire