Les meilleurs Mont-Blanc à Paris, mon classement

Je l’ai fait avec les cookies (que je continue de mettre à jour), je le fais désormais avec les MONT-BLANC, un de mes gâteaux favoris. Voici un classement des meilleurs que l’on peut trouver à Paris. Traditionnels (c’est rare) ou revisités… je les ai classés de manière subjective évidemment, mais de façon raisonnée.
.

PÂTISSERIE-BOUTIQUE
.

1- LE MONT-BLANC, DE MORI YOSHIDA
Mon préféré. Pourquoi ? Parce qu’on trouve les éléments du Mont-Blanc, et il est super original avec sa pâte philo pour soutenir le tout. Ca sent bon le marron (et le rhum) et c’est généreux. J’adore !


2- LE MONT-BLANC, DE KL PATISSERIE (KEVIN LACOTE)
Équlibré. Le plus équilibré selon moi, avec aussi tous les éléments. Contrairement à la version 2018, Kévin Lacote a enlevé la pâte sucrée. On sent le marron de A à Z. Quasi parfait.


3- LE MONT-BLANC GLACÉ, DE UNE GLACE À PARIS
Coup de cœur glacé. C’est ma toute dernière découverte, et laquelle ! Un Mont-Blanc glacé reflet d’une explosion de saveurs !! Glace vanille exceptionnelle,  crème de marron qui reste moelleuse, meringue peu sucrée et glace au marron. C’est vraiment excellent ! Un peu cher, mais ça vaut le coup de se faire plaisir. (Je ne le mets pas plus haut, seulement parce qu’il est glacé).


4- LE MONT-BLANC, DE DES GÂTEAUX ET DU PAIN (CLAIRE DAMON)
Sobre. Un grand classique de Claire Damon, réalisé avec soin, des produits de qualité, sans colorants. Le goût du marron avant tout avec un insert fruits rouges du tonnerre. Un incontournable.


5- LE MONT-BLANC, DE JEAN-PAUL HÉVIN
Le plus réussi. Mon grand favori en Mont-Blanc traditionnel, c’est-à-dire sans ajout de fruits rouges ou d’agrumes. Une légèreté et une pureté incroyable, peu sucré. Le savoir-faire made in Hévin !


6- LE MONT-BLANC, HUGO & VICTOR
Le plus marron.
Une découverte en cette année 2019 et une arrivée très haut. Le marron est présent en bouche tout de suite y reste, la meringue est parfaite.


7- LE MONT-BLANC, KARAMEL PARIS
Le plus vrai.
Ce tout nouveau bijou signé Karamel respecte les codes : marron, chantilly et meringue. Seule entorse à la règle, un caramel de vanille-marron. C’est excellent et léger à la fois.


8- LE MONT-BLANC, LE JARDIN SUCRÉ
Authentique.
Quasiment comme son homologue de chez Karamel. Les deux se valent.


9- LE MONT-BLANC, DE LADURÉE (CLAIRE HEITZLER)
Intense. Cette création de Claire Heitzler est complexe mais réussie, alliant le marron et les agrumes. Pour une fois, c’est la meringue qui représente la base du dessert, et ça, on apprécie !


10- LE MONT-BLANC, DE SÉBASTIEN DÉGARDIN
Gourmand. Le plus gourmand. Généreux, puissant en marron et en rhum. Frais. Un grand classique aussi.


11- LE MONT-BLANC, PIERRE HERMÉ
Retour.
Le chef l’a enfin ressorti ! S’il existait en France il y a quelques années, il avait été réservé à la clientèle asiatique. Original de par son association avec l’églantine.


12- LE MONT-BLANC, BOULANGERIE DASSAÏ
Finesse.
Sans doute le plus raffiné. Dommage qu’il soit petit.


13- LE MONT-BLANC, DE YANN MENGUY
Le Jeunot. Dès sa première année (il l’a un peu retravaillé depuis), Yann Menguy a su créer un Mont-Blanc de grande qualité, tout simple sans insert non plus. Très léger et élégant.


14- LE MONT-BLANC, DE JOJO&CO (JOHANNA ROQUES)
La belle surprise. Johanna Roques n’a rien à envier aux plus grands. Son Mont-Blanc s’en ressent. Rond, généreux et goûtu, une vraie alternative aux grandes maisons.
Attention, disponible seulement le week-end (en période hivernale).


15- LE MONT-BLANC, NICOLAS WIKART
Créatif.
Ce chef a vraiment beaucoup de talent, et son Mont-Blanc ne déroge pas à la règle. Gourmand à souhait, ce n’est pas le plus léger, mais peut-être celui dans le quel on prend le plus de plaisir.


16- LE MONT-BLANC, DE L’ATELIER MUSCADE (CATHERINE ALLAIN KATELL)
Le plus discret. C’est l’autre alternative aux grandes maisons. Un pochage de la pâte de marron original, un insert aux agrumes puissant. Un de mes plus belles surprises en Mont-Blanc.


17- LE MONT-BLANC, DE STOHRER (JEFFREY CAGNES)
Tradi. Généralement chez Stohrer, tout est bon. Depuis le retour de Jeffrey, cela s’est confirmé. Le Mont-Blanc ne déroge pas à la règle. Traditionnel ++. J’aime.


18- LE MONT-BLANC, DE LA BOULANGERIE BO (OLIVIER HAUSTRAETE)
Encore plus gourmand. Le premier que j’ai dû manger à Paris. Donc je l’ai repris cette année pour comparer. Le plus généreux de tous, un marron présent en bouche, un coulis de cassis incomparable et une chantilly généreuse. Pas pour les petites natures !


19- LE WHITE AND WHITE, DE VO VERSION ORIGINALE (MAXIME OLLIVIER)
Élégance. Un Mont-Blanc totalement revisité : allure rectiligne, crème allégées et goût mis en avant. Pas le plus gourmand, certes, mais un des plus délicats. Une bien belle œuvre pour la toute nouvelle pâtisserie VO Version Originale.


20- LE MONT-BLANC, DE CHRISTOPHE MICHALAK
Le plus rock. Le plus rock’n’roll. Fidèle à sa réputation, Christophe Michalak est parti dans tous les sens. Mais c’est plutôt pas mal ! Il n’a pas mis de fruits rouges mais de la coco. Bémol sur le chocolat que je trouve inutile dans ce dessert. Et sur le prix aussi.


21- COMME UN MONT-BLANC, DE PAIN DE SUCRE
Très châtaigne. Pain de sucre fait des merveilles. Là on s’en rapproche. S’il n’est pas plus haut, c’est avant tout parce qu’il n’y a pas de meringue et que la base est une pâte sablée. Sinon, le crémeux châtaignes/marrons est un des meilleurs que j’ai pu manger.


22- LE MONT-BLANC MARRON/MATCHA, DE SADAHARU AOKI
Exotique. Si vous aimez l’originalité, vous aimerez ce Mont-Blanc. Sadaharu Aoki revisite la plupart des desserts traditionnels français avec du match. Là encore, il l’a associé au marron. C’est fort en marron, en rhum mais délicat en matcha. J’ai aimé mais c’est particulier. Niveau « style », ce n’est pas le plus beau.


23- LA BOBINE AUX MARRONS, D’ARNAUD LACROIX
Sur un fil. Peut-être le plus beau, on remarque le travail sur ‘esthétique. Parfois cela ne suffit pas, mais là on ne peut pas dire que ce soit mauvais. Il manque un peu de marron en bouche pour moi et le chocolat emporte le reste. Dommage.


24- LE MONT-BLANC, DE LA PÂTISSERIE NANAN
Sans prétention. Un joli petit Mont-Blanc qui ne pète pas plus haut que ses confrères. Du bon marron, un peu trop de rhum, mais une jolie exécution.


25- LA TARTE AUX MARRONS, DE BENOIT CASTEL
Le classicisme. A l’image de tarte à la crème tant régressive, celle-ci fait la part belle au marron. Du très classique mais excellemment bien exécuté.


26- LE MONT-BLANC D’ACIDE, DE JONATHAN BLOT
Le plus doux. Chez Acide, Jonathan Blot a créé un Mont-Blanc tout doux, léger et avec un genre de cream cheese, une de ses spécialités. C’est bon mais cela manque de puissance en marron.


27- LE MONT-BLANC, DE CARL MARLETTI
L’entremet. J’ai vraiment bien accroché avec ce gâteau au marron, mais ce n’est pas un Mont-Blanc d’où sa place éloignée dans le classement. Néanmoins, rien à redire sur ses composants.


28- LE MONT-BLANC, BO&MIE
Alcoolisé.
Une toute nouvelle création du chef Timothy Breton, en forme de tartelette. Je ne suis pas fan sous cette forme. C’est bon, mais pas un « vrai » Mont-Blanc.


29- LE MONT-BLANC, DE LA PÂTISSERIE DES RÊVES
Tradition. Il est considéré comme un incontournable de la maison, à juste titre. Après, même si ce n’est pas mauvais, il reste assez fade à mon goût notamment en ce qui concerne la pâte de marron. Dommage.


30- LE MONT-BLANC, DE BREAD & ROSES
Cher. Il est original, a un look attrayant. Le marron est bien présent, mais il y a beaucoup trop de chantilly et il est surtout beaucoup trop cher.


31- LE MONT-BLANC, DE CARETTE
Bling-bling. Personnellement, j’ai été plutôt agréablement surpris par ce Mont-Blanc en règle générale. Néanmoins, les différentes couches de « lustrage » en font atténuent quelques saveurs, ce qui est dommage à certains égards.


32- LE MONT-BLANC, LE BOULANGER DE LA TOUR
Classique.
Une tartelette aux marrons là aussi. Rien d’exceptionnel, mais très bien exécutée quand même. On regrette le manque de meringue.


33- LE MONT-BLANC, DE LIBERTÉ
Bon. C’est un bon Mont-Blanc, avec un cœur fruité. Rien à dire de plus.


34- LA VERRINE MONT-BLANC, DE GILLES MARCHAL
Verrine. Il parait que lorsqu’il n’est pas vendu en verrine, il est exceptionnel… mais dans ce format, je l’ai trouvé un peu trop léger. Délicatesse au rendez-vous, cependant.


35- LE MONT-BLANC, DE LA MAISON LANDEMAINE
Qualité-prix. Si l’on se fie à cet aspect, il est difficilement égalable. Très bon, pas cher, une vraie option en cas de « manque de Mont-Blanc ».


36- LE PARIS-TOKYO, DE DOMINIQUE SAIBRON
Boulanger. Ce n’est pas un Mont-Blanc, donc aussi pour ça que je le classe si loin. Mais c’est une très bonne tartelette au marron et fruits rouges.


37- LE MONT-BLANC, DE FAUCHON
Petit. J’en attendais beaucoup depuis la reprise en main de François Daubinet. Ce Mont-Blanc est petit, avec du chocolat et moyen globalement (et cher). Un peu déçu.


38- LE MONT-BLANC, LES3CHOCOLATS
Costaud. Un Mont-Blanc façonné à la japonaise, avec une pâte à mochi. Pour le coup, il y a beaucoup de marron, j’adore, mais il est vraiment gros et mériterait d’être allégé (ou que sa taille soit réduite).


38- LE MONT-BLANC, DE SÉBASTIEN GAUDARD
Déroutant. Sébastien Gaudard a aussi fait sa réputation avec ce dessert (entre autres). Je n’ai pas été vraiment charmé, trop trop léger à mon goût pour un Mont-Blanc, et surtout une crème totalement désucrée qui m’a dérouté.


39- LE MONT-BLANC, DE CHEZ ANGELINA
La déception. Le tout-Paris en parle, il est soi-disant le meilleur de la capitale… Eh bien pas pour moi. Beaucoup trop lourd (au contraire de Gaudard), une crème de marron pâteuse… le seul gâteau que je n’ai pas réussi à finir. Il y a bien mieux chez eux !


40- LE CHEESECAKE MONT-BLANC, DE SHE’S CAKE (SEPHORA SAADA)
Cheese. C’est un cheesecake donc difficile de l’inclure dans ce classement. Mais je voulais quand même faire un petit clin d’œil. La crème de marron était excellente !!


41- LE MONT-TRICOT, DE BOGATO
Ludique. Bogato a créé un petit Mont-Blanc ludique, plutôt sympa. Après en terme de saveurs, ce n’est pas encore ça mais j’apprécie l’effort.

 

.




.

PALACES

.

1- LE MONT-BLANC, DU RITZ (FRANÇOIS PERRET)
Exceptionnel. Je l’ai découvert cette année, c’est le must pour moi. Evidemment, c’est en palace donc on a les moyens. Mais il n’y a rien à redire. On retrouve tous les éléments : la chantilly vanille, la crème de marron ‘exceptionnelle), la touche de rhum délicate et bien sûr la meringue craquante qui entoure. On connaissait le talent de François Perret pour les biscuits d’enfance, c’est une nouvelle fois prouvé.


2- LE MONT-BLANC, DU PLAZA ATHÉNÉE (ANGELO MUSA)
Beauté. C’est mon autre découverte cette année, et avant celui du Ritz, il était mon préféré. DE visu, somptueux tel un sapin, sa composition est originale et savoureuse. Un cœur à la prune acide ici qui contrebalance avec le sucré du marron. Tout le tour est composé de meringuette hyper craquantes. Superbe.


3- LE MONT-BLANC, DU BURGUNDY (PASCAL HAINIGUE)
Punchy. Le Burgundy n’est pas un palace, mais cela ne l’empêche pas d’avoir un chef talentueux. Et quand il créé un Mont-Blanc, il imagine quelque chose de léger et dont on se souvient. Confit d’airelles, coque en meringue croquante et très bonne crème de marron. On adore !


4- Le MONT-BLANC DU MOLITOR (ANTOINE BOUCHARD)

Une association avec l’églantine très particulière pour une réalisation quasi parfaite. Franchement, du très haut niveau à petit prix ».


5- LE MONT-BLANC, DU MEURICE (CÉDRIC GROLET)
Gourmand. Le Mont-Blanc du Meurice est bon. Pas le meilleur pour ma part. Déjà il est sous forme de tartelette, donc pas traditionnel. Cédric Grolet a créé quelque chose d’hyper crémeux et fort en goût, ça c’est top. Mais un peu trop « coulant » pour moi.


6- LE MONT-BLANC DU MANDARIN ORIENTAL (ADRIEN BOZZOLO)
Agrumes. Un très bon gâteau, avec beaucoup de fraîcheur et de travail. Mais pas assez de marron pour le considérer comme un Mont-Blanc.



.

8 Commentaires

  1. Sacré tour! Impressionnant ! Je viens justement de manger le paris tokyo de saibron (qui m’a appelé à travers la vitrine au retour de choco2), j’ai vraiment bien aimé. Je n’ai pas mangé celui de mori yoshida cette année mais de souvenir il n’y avait pas de meringue dedans, mais vraiment exceptionnel tant il est délicieux et aérien, le meilleur que j’ai mangé (pas pris en palace de mon côté 😉). Celui de Kevin Lacote, j’adore aussi avec sa petite meringue abritant le confit de myrtilles. Et j’adore celui de Dégardin découvert il y a peu.
    Je vois que vous avez testé une glace à paris côté pâtisserie, de souvenir j’avais adoré les pâtisseries glacées passant au four mais un peu moins le mont blanc malgré une belle association de textures. Y avez vous goûté autre chose?

    1. Non je n’ai pris que ça et j’ai adoré !

      1. C’est ce que j’ai vu… Dites moi si vous goûtez à l’occasion le millefeuille et la tarte tatin, j’avais adoré et cela me ferait plaisir d’avoir votre avis éclairé🙂. Et si vous en testez d’autres, cela m’intéresse encore, tant tout avait l’air top!

    2. J’ai pris leur omelette norvégienne façon baba au rhum qui est une tuerie ! 😀

  2. J’adore ton blog, j’y viendrai régulièrement depuis que je l’ai découvert. Mais comment tu fais pour dénicher tous ces mont blancs, tu les réserves à l’avance par téléphone ou en ligne ? Je suis allé dans beaucoup de ces pâtisserie sans jamais voir de mont blanc…
    Ce ne sera pas une surprise si je dis que le mont blanc de « Angelina » est la grosse surprise de ce classement lol. Moi, je l’aime beaucoup, au contraire de celui de « Sébastien Gaudard » auquel je n’ai pas accroché (pour « Sébastien Gaudard », c’est simple, à part son croissant de la rue des Martyrs, je n’ai accroché à rien…).
    Le mont blanc de « Mori Yoshida » est aussi mon mont blanc préféré mais j’en ai tellement d’autres à découvrir, près de 90 % des monts blancs que tu as testés…

    1. Merci 🙂
      Non non aucune réservation. En fait le Mont-Blanc est en boutique en général entre novembre et février, après il faut tomber dessus, coup de chance ou non…
      Après pour Angelina, les gens pensent l’aimer avant dans découvrir d’autres. Pour moi, il est vraiment trop fat. Comme je dis souvent, c’est un des seuls desserts que je ‘nai pu finir. C’est révélateur…

  3. Avez-vous testé celui de Bontemps ?

    1. Non l’année dernière quand j’ai voulu le prendre il n’était plus en vente..

Laisser un commentaire