Claire Heitzler redonne ses lettres de noblesse à Ladurée

Tout le monde connaît Ladurée pour ses macarons. Mais outre cette offre sucrée, la rayon pâtisserie est un des plus « haut de gamme » de la capitale. A sa tête, la très talentueuse cheffe Claire Heitzler, l’une des deux Claire qui illuminent la pâtisserie française. De la tradition à la création, elle propose des recettes simples mais sans fausses notes depuis son arrivée, et redonne ses lettres de noblesse à une pâtisserie restée très ancrée dans la tradition depuis 1862.

.

Le MONT-BLANC AGRUMES : coque meringuée qui entoure en son sein une fine couche aérienne de mousse de marron au rhum ambrée, compotée et mousse aux agrumes et de la pâte de marron. L’ensemble est recouvert d’un marron glacé.
Prix : 6,50€.

Je salue ici l’énorme travail réalisé par Claire Heitzler et son équipe. Une pâtisserie très compliquée, un mélange de saveurs osé et des textures qui changent en bouche. Évidemment il faut aimer le goût plus acide des agrumes, mais c’est aussi ce qui fait sa particularité et apporte de la surprise. C’est vraiment le top du top. En termes de réalisation, de goût, il est au même niveau que celui de Des Gâteaux et Du Pain. Il y a un petit peu trop de rhum selon moi, mais sinon, c’est parfait.

.
.
.


LA TARTE CITRON : pâte sucrée, confit et crémeux citron, meringue et zestes de citron vert.
Prix : 6,50 €.

Un travail sur le citron, et que le citron. Pas de chichis. Dans cette petite tartelette, la pâte sucrée est parfaite, fine et foncée parfaitement. Le confit de crémeux, tout comme les zestes de citron vert apportent l’acidité demandée. Le crémeux est très bon mais un peu trop beurré. Pas trop de meringue sur le dessus. C’est très bien.

.
.
.


LE PASSION : sablé noisette, biscuit moelleux chocolat, confit de fruit de la passion, ganache et mousse au chocolat noir.
Prix : 7 €.

C’est une nouvelle création de l’équipe de Claire Heitzler. Il allie l’amer du chocolat avec la puissance de la passion. Et franchement, ça matche dès la première bouchée ! Un régal de croquer dans le sablé noisette et de sentir par la suite le moelleux du biscuit chocolat qui soutient la ganache et le confit fruité. Le tout ensemble fonctionne. Un par un, chaque élément aussi.
Un peu dommage qu’il soit si plat tant il est gourmand.

.
.
.


LE SAINT-HONORÉ : pâte feuilletée, choux garnis de crème, crème Chiboust à la vanille, chantilly légère.
Prix : 6,70 €.

Ladurée a pris le pari de conserver la recette traditionnelle du Saint-Honoré. Pas de chichis non plus à l’image de la Tarte au citron. Quel plaisir également de pouvoir goûter à ce dessert à la crème et la vanille. Souvent revisité, parfois décevant, le Saint-Honoré n’est, en plus, pas si facile que cela à réaliser. Rien à redire sur la pâte à chou dans celui de chez Ladurée. La chantilly est légère, donc non écœurante, et la crème bien vanillée. Un moment de douceur au dessert. Ou à toute heure de la journée.

 

.
.
.


Le GARDEN PARTY : pâte sablée à la pistache, confit de fraises, mousse à la pistache, fraises des bois et cubes de confit de fraise. Fleurs en chocolat.
Prix : 7,50 €.

Au premier regard : très aboutie cette tartelette. Telle une petite sphère de gazon surmontée de quelques fruits tirés du jardin. Le mariage pistache-fraise fonctionne à merveille. La mousse à la pistache est simple, d’une texture plutôt crémeuse et surtout aux effluves prononcées, loin des arômes que beaucoup ajoutent pour accentuer le goût. Le confit de fraises apporte cette pointe sucrée et acide, sans parler de ces merveilleuses petits fraises des bois sur le dessus.
Une pâtisserie douce, féminine, agréable en bouche, qui plaira à tous.

.
.
.

Au final, si les gens ont des a priori sur Ladurée (positifs ou négatifs), il ne faut pas hésiter de franchir la porte. Si les tarifs restent élevés, ils sont en accord ave la réputation de la Maison. Rien de choquant donc, d’autant plus que la qualité est au rendez-vous.
.

 Ladurée Paris, 16-18 rue Royale, Paris VIIIe / 75 avenue des Champs-Elysées, Paris VIIIe / Le Bar, 13 rue Lincoln, Paris VIIIe / 21 rue Bonaparte, Paris VIe / printemps, 64 boulevard Haussmann, Paris IXe / Château de Versailles / 14 rue de CAstiglione (macarons), Paris Ier / Les aéroports (Roissy et Orly).

5 Commentaires

  1. J’y ai savouré une religieuse à la rose et à la fraise avec un parfum extraordinaire dont je me souviendrais longtemps. Par contre mon fils avait pris du pain perdu au sirop d’érable, en fait de la brioche, cela n’avait rien d’exceptionnel. Le chocolat chaud était excellent.

  2. Oui le pain perdu était moyen j’ai trouvé lors du Tea Time. Et je n’aime pas la rose, donc je vous laisse juge 😀

  3. Cette religieuse m’a été servie par erreur, j’avais commandé une religieuse griottes amande car je n’aime habituellement pas la fraise dans les desserts. Je l’ai finalement mangée et me suis régalée ( plus qu’avec l’autre que j’ai eu l’occasion de manger par la suite) . Mai si vous n’aimez pas la rose évitez en effet car c’est cette note qui domine et que j’ai apprécié pour la délicatesse qu’elle apporte à ce dessert.

  4. Depuis longtemps je voulais goûter le flan qu’on me disait être le meilleur de Paris mais à chaque fois il n’y en avait plus… victime de son succès ? J’ai fini par le réserver sur internet pour être sûre d’en avoir. J’ai bien aimé mais avoue avoir largement préféré celui de bo et mie pour sa générosité, l’onctuosité de la crème et le croustillant de la pâte feuilletée…un flan vraiment gourmand pour presque le tiers du prix! Peut-être est ce affaire de goût car mon fils a préféré celui de Ladurée….

    1. Alors moi j’ai gouté Bo&Mie cette semaine. Je l’ai bien aimé mais sans plus. Celui de Ladurée est excellent mais depuis qu’ils l’ont ressorti il y a deux mois il est passé à 6€ la part, n’importe quoi!!

Laisser un commentaire