Mori Yoshida : tradition française, créativité japonaise

C’est ma deuxième adresse favorite de pâtisserie haut de gamme à inspiration japonaise : Mori Yoshida. Une seule boutique dans Paris, dans les quartiers chics du VIIe arrondissement, mais un lieu toujours aussi éclectique. Diplômé d’une école de pâtisserie japonaise, et passé par le Park Hyatt Tokyo, Morihide Yoshida dit s’inspirer de la capitale pour créer ses pâtisseries. Un lieu où se mêlent la richesse des ingrédients et les arts du monde entier.
Des classiques revisités où le goût est mis en avant, aux créations à influence nippones, le chef excelle.
.

LE CHAUSSON À LA BANANE : pâte feuilletée croustillante, compotée de bananes avec morceaux, sucre roux.
Prix : 2,80 €.


.

Une très belle découverte, et pour ma part une première viennoiserie avec de la banane. Super bon.

.

.
.
.


LE PARIS-BREST CITRON : pâte à chou, crème praliné, zestes de citron, amandes.
Prix : 5,80 €.

Je suis très friand de découvrir différents Paris-Brest en ce moment, à commencer par les pâtissiers que j’apprécie vraiment. Chez Mori Yoshida, il est un peu spécial et se démarque des autres puisqu’il est agrémenté de citron ! Je dois dire qu’une fois le côté intrigue passé, j’ai eu du mal à me faire un avis. Bien sûr les zestes de citron dans la crème praliné apportent quelque chose de novateur et sympa en bouche. Mais j’ai trouvé cette crème un peu grasse, et surtout pas assez pralinée.
Il est très joli, mais c’est la première fois que je ne suis pas totalement emballé avec un des desserts du chef japonais.

.

.
.
.


LE MILLEFEUILLE-NOISETTES : pâte feuilletée caramélisée, crème praliné-noisettes, praliné-noisette pur, noisettes entières.
Prix : 5,80 €.

Je vous ai donc parlé du Paris-Brest de Mori Yoshida, mais cela faisait un moment que j’avais en vue ce millefeuille noisettes.
Visuel gourmand… intérieur aussi ! Si j’ai trouvé la crème praliné trop grasse dans le Paris-Brest, celle-ci à la noisette ne l’est pas. Elle est plutôt lisse et veloutée mais avant tout avec un fort goût de noisette. Pour ne pas bouder notre plaisir, Mori Yoshida y a ajouté quelques inserts de praliné-noisette pur. Un vrai régal.

.

.
.
.


.

Le FRAISIER JAPONAIS : biscuit léger, crème aérienne vanillée, morceaux de fraises fraîches.
Prix : 5,60 €.

Un très bon dessert à la fraise, conçu différemment des fraisiers que l’on peut connaître. Ici, il y a une bonne crème légère, qui prend le dessus sur le reste (il y en a peut-être un peu trop donc), mais les fraises sont de qualité. J’ai beaucoup apprécié ce fraisier, assez réputé dès les premières lueurs du printemps.
Une revisite à la mode nipppone qui fonctionne bien.

.
.
.


Le BEIGE : pâté sablée cacao, praliné feuilleté, ganache chocolat noir à l’orange, mousse au thé citron vert.
Prix : 5,60 €.

Franchement, dans ce dessert, si l’on aime être surpris, one ne peut que aimer et Mori Yoshida atteint quasiment la perfection. Sublime pâte sablée croquante, une ganache chocolat noir aux effluves d’orange régressive, et une mousse au thé citron-vert que je n’ai encore jamais vue ailleurs. Le top du top, un dessert qui nous transporte vers d’autres destinations.

.
.
.


L’ANTHARÈS : mousse à la fraise, crème acidulée à la fraise & crème au citron, insert compotée fraise, le tout sur un biscuit moelleux et entouré d’une bande de guimauve.
Prix : 5,50 €.

C’est l’un des meilleurs desserts à la fraise que j’ai mangé avec le « J’adore la fraise » de Claire Damon chez Des Gâteaux et Du Pain. De premier abord, on voit bien qu’il y a eu du travail, mais il n’est pas non plus ultra sophistiqué.
Sauf que lorsqu’on croque dedans, c’est l’évasion. Contraste saisissant entre la douceur de la mousse à la fraise, l’acidité de la crème citron et un insert de compotée de fraise extrêmement frais. La guimauve sur le tour nous fait retomber en enfance. Topissime.

.
.
.


Le MONT-BLANC : base crème d’amande dans son feuilletage/pâte phylo, chantilly vanille, cœur de marron glacé, lui-même surmonté d’un petit insert de pâte de marron (le même qui englobe le dessert).
Prix : 6€.

Attention tuerie ! Je suis un puriste et j’aime retrouver la tradition d’un gâteau classique. Mais là, comme on peut le voir, il n’y a pas de meringue. Une petite déception pour moi, mais disons que c’est le seul point noir de cette réalisation.
Pour le reste, la chantilly est extra, le feuilletage et la crème d’amande apportent un côté inattendu mais non moins excellent. La surprise ? Le marron glacé dans son cœur, fondant et goûtu. Et même si la crème de marron est bien rhumé, je lui trouve un superbe équilibre. Incontestablement le plus beau et le plus gourmand.
Magnifique. Bravo M. Yoshida. Coup de cœur.

.
.
.


J’ai aussi goûté le flan à deux reprises chez lui. La première fois, à la part, je l’avais trouvé plutôt pas mal mais perturbé en revanche par l’épaisseur de la pâte feuilletée. Il n’empêche que pour 4,20 €, ce n’est pas une petite part de flan que l’on nous sert. Un bon goûter en perspective ! La deuxième fois, je l’ai goûtée lors d’une dégustation de flans en tous genres. Cette fois-ci, un flan entier avait été commandé et j’ai trouvé l’appareil un peu trop mou, difficile à manger. Outre cela, la crème est bien vanillée, et c’est une des choses les plus importantes.
De même, ses macarons diffèrent de ceux que l’on peut trouver chez ses concurrents. Un poil plus gros, les coques sont davantage croquantes. Surtout, il n’y a pas quinze sortes de parfums, ici on met l’accent sur le goût.

Je suis encore frustré de ne pas avoir goûté son fameux millefeuille à la noisette. Nul doute que ce manque sera vite comblé. D’ici là, le chef aura peut-être ressorti de nouvelles créations. A tester bien évidemment.

.

 Mori Yoshida, 65 avenue de Breteuil, Paris VIIe.

7 Commentaires

  1. J’ai goûté le mont blanc, le meilleur que je n’ai jamais mangé, incroyablement aérien. J’ai bien aimé le flan dont la croûte épaisse mais croustillante contrastait avec l’abondante crème, alors que ce n’est pas forcément ma tasse de thé. Les viennoiseries sont également étonnantes avec un pain au chocolat amandes et mangue, un croissant au cassis que j’adore et un chausson banane avec un excellent feuilletage. J’ai hâte de découvrir les autres pâtisseries mentionnées le beige et le millefeuille noisettes.

    1. Merci pour votre commentaire. En effet, c’est le Mont-Blanc que je préfère, même s’il n’est pas des plus traditionnels.
      Vous m’éclairez sur les viennoiseries, parce que j’en mange de plus en plus ces derniers temps, et celles que vous avez citées m’attirent beaucoup (cassis, mangue, banane). C’est original. Je vais aller tester ca sous peu 🙂

  2. Je suis ravie de voir que le chausson à la banane vous a plu aussi. De mon côté je suis dingue du croissant au cassis, mais c’est aussi un fruit dont je raffole!

    1. Chez lui le croissant au cassis ? Parce que là il n’y en avait pas.
      Il y a tellement peu de gourmandises à la banane, donc il ne faut pas passer à côté 😀

  3. Oui, croissant au cassis et pain au chocolat amande et mangue. C’est vrai que la banane est peu utiisée en dehors du banoffée et que ce chausson est sacrément bien fait.

    1. Ils n’avaient qu’à la banane quand j’y suis allé…

  4. Une autre fois peut-être…

Laisser un commentaire