Miss K, Kosmik… la pâtisserie pas très Klassik de Christophe Michalak

Christophe Michalak… On aime ou on n’aime pas, ce n’est pas compliqué. Mais force est de reconnaître que le chef a du talent. Passé par Ladurée, chez Pierre Hermé, le pâtissier a surtout construit sa réputation au Plaza Athénée où il est resté 16 ans entre 2000 et 2016. Surtout, il a remporté la coupe du monde pâtisserie en 2005 aux côtés de Philippe Rigollot et Frédéric Deville.
Alors, quand il a décidé de se lancer dans l’aventure de la pâtisserie-boutique en 2013, beaucoup ont salué l’initiative. Son but : faire quelque chose de novateur et moderne dans le domaine en conservant la qualité. Quatre ans plus tard et deux boutiques supplémentaires, quel bilan peut-on en tirer ?
Entre les Fantastik, les Kosmik (pâtisserie déstructurée en pot), cakes, millefeuilles ou autres Miss K, le choix est large. Mais pas pour toutes les bourses.

.

LE MONT-BLANC MARRON-COCO : meringue noix de coco, crème montée coco, crème de marron.
Prix : 7,50 €.

A vrai dire, j’ai été plutôt agréablement surpris par ce Mont-Blanc. Certes il est loin d’être traditionnel, mais c’est le premier que je vois avec ces associations. La coco se marie très bien avec le marron, dont la crème est très bonne. L’ensemble n’est pas trop sucré (je tiens à le souligner). Je ne suis pas fan de la coque en chocolat, mais c’est une question de goût.
Sinon niveau prix, ça reste quand même pas donné.

.
.
.
.


LA TARTE K VANILLE PECAN-CARAMEL : croustillant gianduja, caramel tendre, biscuit moelleux imbibé à la vanille et whisky, crème chantilly ivoire vanille, enrobage façon rocher amande-chocolat blanc.
Prix : 6,50 €.

Au premier aspect, il y a tout ce que j’aime dans cette part de tarte. Du gianduja, de la vanille, du chocolat et de la crème. Nous ne sommes pas en hiver, mais Christophe Michalak a voulu faire un dessert gourmand.
J’ai goûté les éléments un à un et je dois dire qu’ils sont tous très bons, mention particulière pour ce cœur fondant caramel et chantilly-ivoire, mais surtout pour le croustillant dont la pointe de sel reste longuement en bouche.
Cependant, quand on prend une cuillerée de l’ensemble, la magie n’opère plus autant. C’est à mon goût beaucoup trop sucré. Alors certes il fait chaud, mais empiler du gianduja, du caramel, de la chantilly ivoire, le tout enrobé, ça fait beaucoup… trop. Un dernier bon point sur l’aspect, très net et son effet velours appréciable ainsi que sur la présence de différentes textures.

.
.
.


LE KOSMIK DULCEY-PECAN : croustillant et biscuit noisette, crème Dulcey, chantilly vanille, morceaux de pécan, noisettes entières.
140 g.
Prix : 7,50 €.

.
.
.


LE KOSMIK TARTE AU CITRON MERINGUÉE : croustillant citron, crémeux yuzu allégé, gelée de citron vert, croustillant citron, meringue.
Prix : 7,50 €.

Les Kosmik, ce sont les pâtisseries déstructurées de Christophe Michalak. Un ensemble de textures dans un petit pot qui peut paraître sympa, ludique voire intrigant. Dans les faits, il y en a de très bons, d’autres un peu moins. De souvenir, la tarte citron meringuée était plutôt réussie.
Celle au Dulcey/pécan l’était aussi de par sa saveur, mais trop sucrée à mon goût. C’est bien d’empiler les textures, mais il faut garder un certain équilibre et ce n’est pas toujours le cas.

.
.
.


LA RELIGIEUSE CARAMEL-BEURRE SALÉ : Pâte à chou, craquelin, crémeux caramel allégé, chantilly caramel, fudge, tige chocolat Dulcey, pâte d’amande. 45g.
Prix : 8,50 €.

Parmi les bons éléments chez Christophe Michalak, sa religieuse, en tout cas celle au caramel au beurre salé que j’ai pu manger. Le chou est bien réalisé, la crème au goût de caramel beurre-salé bien prononcé, et le glaçage pour le coup pas trop sucré. C’est vraiment une très belle religieuse. Mais gros bémol sur le prix. 8,50 €, je crois qu’on marche sur la tête ! Déjà pour un gâteau, encore plus pour une religieuse. Désolé, je n’adhère pas sur ce point.

.
.
.
.

Voilà un peu ce que j’ai pu prendre chez Christophe Michalak. J’adorais le chef quand il était au Plaza et attendais beaucoup de l’ouverture de sa boutique. Même si le concept ne me touche guère, plutôt enfantin et moderne, je juge surtout le goût et l’ensemble.
Je reconnais qu’il y a de très bons éléments, savoir-faire du chef et de son équipe. Jamais je n’ai mangé quelque chose de raté non plus. Cependant, à plusieurs reprises, ses desserts étaient trop sucrés, ce que je trouve étonnant venant d’un tel chef. Surtout, les prix m’effraient. Très bien pour les touristes, pas pour moi.

.

 Pâtisserie Christophe Michalak, 16 rue de la Verrerie, Paris IVe / 8 rue du Vieux Colombier, Paris VIe / Café Michalak et école Masterclass, 60 rue du Faubourg Poissonnière, Paris Xe.

4 Commentaires

  1. Je suis entrée dans la boutique mais j’avoue ne pas avoir été tentée… Et mon fils non plus… Nous sommes partis sans rien… pendant quelques mètres…et nous avons trouvé pâtisseries à la hauteur de nos espérances chez Pierre Hermé.

  2. Oui clairement, avec Hermé en face, la comparaison est toute faite. Je n’y vais plus personnellement.

  3. That is very fascinating, You aree an overrly skilled blogger.
    I have joined your feed and look ahead to seeking extra of your excellent post.
    Additionally, I have shared your web site in my social networks

    1. Thanks so much for your kind words. It’s a great pleasure for me 🙂

Laisser un commentaire