Tradition, modernité et volupté à la Grande Épicerie de Paris

Le Bon Marché, une institution à Paris à l’image du BHV, du Printemps ou des Galeries Lafayette. Sauf qu’en son sein, il y a la Grande Épicerie. On y trouve des produits de qualité, bien sûr, mais surtout de luxe pour les clients fortunés. Dès lors, il fallait bien un rayon pâtisserie. Depuis des années, elle propose aux gourmets des desserts individuels ou à partager très raffinés. A sa tête depuis tout juste 10 ans, le chef Loïc Cabréro. Pâtisseries traditionnelles, entremets, revisités, macarons… on en trouve pour tous les goûts dans son rayon. Focus sur un classique de classique et n dessert de saison.
.

LE SAINT-HONORÉ (pour 2) : feuilletage, pâte à chou, choux dorés au caramel, crème chantilly à la vanille de Tahiti, crémeux à la vanille de Tahiti/Madagascar.
Prix : 12 €.

Aïe aïe aïe qu’il est bon !! Je ne vais pas en faire des tonnes, mais dans un portrait du chef, il disait : « Goûter un gâteau, c’est ressentir de l’émotion ». Ce Saint-Honoré est des plus classiques mais il m’a réconcilié avec ce dessert traditionnel français. Très bon feuilletage, pâte à chou extra, cuite très justement et caramélisée avec soin. Mention pour les deux crèmes : le crémeux très vanillé et la Chantilly légère, sucrée seulement par la vanille ! Il était censé être pour deux je crois ?!

.

.
.
.


LA TARTE FRAISES-FRAMBOISES : pâte sucrée, crème d’amandes, crémeux à la vanille, fraises et framboises fraîches.
Prix : 6,90 €.

Douceurs de saison, les fraises et les framboises. Quand la chaleur fait son retour, on se replie directement vers les fruits. La tartelette préparée par l’équipe de la Grande Épicerie comble ce désir de fraîcheur. Excellentes petites framboises, bien sucrées alors que les fraises ont aussi été soigneusement choisies (dommage qu’il n’y en ait que deux). La fine couche de crémeux à la vanille créée le liant entre les fruits et la crème d’amandes. Il n’y en a pas trop, c’est parfait. Petit problème avec la pâte en revanche : tout un côté était plutôt mou, donc pas de croquant en bouche. Un problème de cuisson ?
Mais dans son ensemble, je recommande ! Quant aux prix, c’est la Grande Épicerie, on le sait avant de s’y rendre.

.
.
.

Voilà donc un moment que je souhaitais créer les créations du chef. C’est chose faite et j’en suis très satisfait. Je salue le travail de qualité et de précision. J’ai longuement hésité avec la tarte au citron meringuée et l’éclair vanille qui m’auraient aussi fait voyager je pense. Next time.

.

 La Grande Épicerie, 38 rue de Sèvres, Paris VIIe.

4 Commentaires

  1. Ce saint honoré, depuis que j’ai lu votre article et l’ai vu sur place , me trotte sérieusement dans la tête… Il a l’air extraordinaire… Et la chantilly est tellement généreuse et aérienne… Il se pourrait que la mention « pour 2 personnes  » se perde jusqu’à chez moi … dès que je peux à nouveau sauter dans mes runnings pour assumer mon excès je m’y rue

  2. Disons que je l’ai mangé tout seul aussi parce que je suis un grand gourmand 😀
    Mais pour les plus petites faims, et pour justifier le prix, il est indiqué pour deux personnes en effet.

  3. Bon, je n’en ai mangé que la moitié, mais seulement parce que je voulais aussi manger la moitié de la tarte aux poires noix de pécan et goûter au millefeuille… Deux saint honoré exceptionnels ce mois ci ( Celui de Jacques Genin et celui-ci). Waouh! Petite préférence côté feuilletage et chou caramélisé pour Jacques Genin, j’avais adoré la crème plus intense en vanille mais je retrouve ici vraiment l’aspect généreux du saint honoré qui manquait à l’autre et ai plongé avec délectation dans la chantilly. Si j’apprécie parfois la « revisite » de certaines pâtisseries j’avoue qu’ici le respect des traditions apporte un vrai bonheur de régression qui se dévore d’abord des yeux avant de disparaître rapidement du visuel😉
    Le millefeuille vaut le détour aussi, et la tarte poire noix de pécan est une belle association de saveurs bien équilibrées avec un vrai goût de poire et de textures croquantes et fondantes . Une impression d’ensemble de qualité et de fiabilité des produits.

    1. Il est vrai que ce Saint-Honoré a tout de traditionnel, et parfois on aime retourner aux sources, sans chichis. Ravi qu’il vous ait plus.
      Intéressant pour le millefeuille, à l’occasion j’irai voir ce qu’il donne. J’aime cet aspect généreux dans la pâtisserie.

Laisser un commentaire