Nicolas Bacheyre régale Saint-Germain, et pas qu’Un dimanche à Paris

Salon de thé, restaurant, pâtisserie… Un Dimanche à Paris, c’est le petit joyau du quartier Saint-Germain/Odéon. A la tête du domaine sucré : Nicolas Bacheyre. Le jeune chef pâtissier, élu « Meilleur espoir pâtissier » en 2016, établit sa réputation dans un endroit où il peut mener à bien tous ses projets.
Après avoir collaboré avec Christophe Appert, Christophe Adam ou Benoît Couvrand, il a ensuite travaillé au Fouquets et avec Cyril Lignac avant d’aller chez Fauchon.
Chez Un Dimanche à Paris, lieu créé au tour du chocolat par Pierre Cluizel, Nicolas Bacheyre s’exprime autour de créations uniques, éphémères (il y a une nouvelle tarte chaque mois), et des desserts à l’assiette pour le restaurant. Chocolaté, fruité ou épicé, tout le monde peut y trouver son bonheur.
.

LA GALETTE AUX PRALINES ROSES : feuilletage, crème frangipane-pralines.
Prix : 5 € la part.

Toujours à la recherche d’originalité, celle-ci est aux pralines. Une pâte feuilletée superbe, une très bonne crème frangipane-praline.
En tant qu’amoureux de ce fruit sec, j’aurais même aimé qu’on le sente davantage.  Nice one !

.

.
.
.


LE CHOU PARIS-BREST : pâte à chou, praliné noisettes croquantes, crème praliné.
Prix : 5,80 €.


Eh bien je vais vous dire, il vient se placer dans les meilleurs que j’ai pu goûter. Encore une texture de crème différente, mais bien pralinée, un insert gourmand, dégoulinant et des noisettes croquantes. Un pur régal ! Il se rapproche de mon top 3 derrière Couvreur, Degardin et Genin.

.
.
.


LE BABA AU RHUM PASSION-AGRUMES : pâte à savarin imbibé au rhum, insert gelée de passion, chantilly légère vanillée.

Prix : 5,80 €.

Voici un baba qui m’a particulièrement plu, celui de Nicolas Bacheyre. Le chef le présente sous cette forme originale, avec son tourbillon de chantilly. Le biscuit est bien imbibé, mais je crois que le meilleur, c’est cet insert à la passion ultra frais en bouche. Un vrai kiff !

.
.
.


.

Le CHEESECAKE PASSION-MANGUE COMBAVA : biscuit spéculoos croustillant, choc blond, pain de gênes et cream cheese vanille, confit de mangue-passion Combava, guimauve passion.
Prix : 6 € (8,50 € sur place).

Un très joli cheesecake, très léger, cela étant dû en partie à la cream cheese utilisée. Belle association entre la mangue et la passion, cette dernière ne prenant pas le dessus. Visuellement très aboutie, cette création redonne ses lettres de noblesse à un dessert souvent trop lourd. Joli travail aussi sur la guimauve et sur les biscuits, doux à la consistance maîtrisée.

.
.
.


La TARTELETTE FRAMBOISE : biscuit léger, crème vanillée, framboises fraîches.
Prix : 5,80 €.

Elle était une création de saison, un petit rayon de soleil de printemps. Un dessert tout en fraîcheur, plutôt simple mais convaincant. La présence de framboises fraîches agrémente une crème vanillée ronde et délicate, le tout enveloppé d’un biscuit moelleux.

.
.
.


L’ÉCLAIR PARIS-BREST : Pâte à choux croustillante au grué de cacao, garnie de praliné maison croustillant et d’une crème aérienne praliné noisette.
Prix : 5,20 €.


Développé par la suite sous la forme d’un chou, le Paris-Brest l’était avant en tant qu’éclair. Une crème praliné aérienne généreuse, avec des inserts de praliné maison. Franchement, on adore quand c’est réalisé de la sorte. Les notes de praliné exaltent les sens, tout autant que les fumets de grué de cacao.

.
.
.


LE CHEESECAKE CASSIS-CITRON : confit de cassis, mousse cream cheese citron, biscuit sans gluten, cassis et Atsina cress.
Prix : 6 €.


Il est dans la droite lignée du cheesecake mangue-passion. Toujours aussi léger, un insert au cassis qui apporte fraîcheur et acidité. Très délicat. L’ajout d’atsina cress évoque les épices et colore une création fleurie et accomplie.

.
.
.


Le FRISSON : Crème légère citron vert, menthe verte, biscuit pain de gênes citron vert, confit de fraise des bois, pointe de framboise, biscuit croustillant noix de coco et habillage de beurre de cacao blanc.
Prix : 6,20 €.


Ce gâteau sorti l’été dernier est plutôt déroutant. A grume, plantes, fruits, beaucoup de choses s’entremêlent. Au goût, le citron est bien présent, à l’image de la menthe qui prend davantage le dessus. Mais il y a aussi la fraise des bois (pas assez parfumée), la framboise, la coco, et le chocolat blanc du tour. Pour moi, il y a trop de saveurs en jeu, tout se mélange, et c’est difficile de faire la différence entre toutes. Une création un peu trop sophistiquée, même si bien réalisée.

.
.
.


La TARTE CERISE/THYM : pâte sucrée, crème onctueuse au thym, confit de cerise.
Prix : 5,80 €.


D’ordinaire, je n’apprécie guère l’ajout de plantes aromatiques tels que le thym ou le basilique en pâtisserie. Cela se vérifie encore ici. Dans cette création, Nicolas Bacheyre a pris le parti de le développer dans sa crème, base de cette tartelette. C’est risqué, il faut aimer. Pour moi, c’est trop fort bien qu’elle ait été adoucie. Heureusement, la cerise vient contrebalancer cette âpreté, mais l’arrière-gout reste longtemps présent.

.
.
.


Le GALET : chocolat, mousse caramel et vanille, crémeux caramel-fleur de sel et biscuit aux petits-beurre.
Prix : 5,90 €.

Ce galet, c’est une petite prouesse technique. Esthétiquement, on dirait vraiment un galet réel. Un biscuit aux petits-beurre, quelle régression, quel retour en enfance. Un bon goût beurré et un croquant parfait. Dans sa petite coque chocolatée se cache un crémeux caramel fleur de sel gourmand et une mousse vanillée onctueuse. Du plaisir à chaque bouchée entre texture, caractère et bonhomie. Victime de son succès, il est resté à la carte plus longtemps que prévu.

.
.
.


Le PETIT SAPIN : ganache montée chocolat Orelys (blanc), crémeux caramel, biscuit pain de Gènes à la vanille et croustillant de petit beurre au cacao.
Prix : 6,90 €.


Visuellement, il donne envie, un vrai petit sapin qui pourrait servir d’objet déco tellement il est bien réalisé. Gustativement, il ne déroge pas à la règle. Toujours une extrême qualité et un dosage parfait dans les créations de Nicolas Bacheyre. La ganache montée au chocolat Orelys est si douce qu’elle fond en bouche et fait ressortir des pointes de vanille avec la coque fine de chocolat qui forme le sapin. Le crémeux caramel, présent sur deux niveaux ajoute ce côté salé et relevé. Quant au Pain de Gênes, il fond sous la bouche. Le croustillant cacao est très bon mais un poil dur à mon goût. En somme, il s’agissait d’une bûche top niveau pour un prix défiant toute concurrence pour le réveillon ou le repas de Noël.

.
.
.


.
.
.

L’ÉCLAIR CARAMEL FLEUR DE SEL : pâte à chou craquelin, crémeux caramel fleur de sel, glaçage caramel, tuiles chocolatées pointe de sel.
Prix : 5,50 €.

Enfin un éclair qui propose autre chose qu’une pâte à chou et une crème pâtissière. C’est rare. Déjà, le pari du caramel était osé, tant celui-ci peut vite paraître sucré. Ici, on a affaire à un caramel fleur de sel maîtrisé au sein d’un crémeux puissant en goût. La pâte à chou est bien craquante comme je l’aime (contrairement à d’autres!) et surtout j’ai particulièrement apprécié les tuiles chocolat-pointe de sel qui apportent un réel plus et du piment dans un dessert qui manque parfois de relief. Je valide totalement cet éclair généreux.

.
.

.

.
De façon générale, tout est bon chez Un Dimanche à Paris. Il n’y a pas de doutes là-dessus. Après, il se peut que les tartes éphémères ne plaisent pas à tout le monde, car c’est là que Nicolas Bacheyre prend des risques avec des associations osées. Toujours très fin, avec le fruit ou le chocolat comme vedette, c’est une vision de la pâtisserie qu’on aimerait voir plus souvent.
Bémol sur les prix au salon de thé oscillant entre 8,50 € et 9 €.

.

 Un Dimanche à Paris, 4-6-8 Cour du Commerce-Saint-André, Paris VIe.

41 Commentaires

  1. J’y suis allée pour déjeuner hier avec une amie (excellent rapport qualité/prix… 25 euros plat et dessert…à choisir en boutique… Hmmm!). Après un plat délicieux et original avec une sauce Orange et chocolat blanc, nous avons partagé une bûche (dame blanche exotique) vanille mangue et passion d’une grande finesse, seul le croquant des graines de passion était curieux en bouche. Nous avons également partagé le paris-new-york au fort accent de cacahuète nuancé de praliné… C’était vraiment délicieux et créatif, même si j’ai été un peu déçue de ne pas y trouver de pralin dégoulinant comme dans le paris-brest que vous avez mangé. Je suis repartie, pour savourer ce matin au petit déjeuner , après passage à la boutique , avec une part de cake chocolat cacahuètes ( bon mais que j’aurais préféré plus moelleux) et une part de brownie que j’ai adorée car fort en chocolat noir, moelleux, presque fondant. Une adresse gourmande et gustative où je retournerais avec bonheur.

    1. Ah oui j’adore cette adresse. Elle ne fait pas beaucoup parler d’elle mais ce n’est pas plus mal. Bacheyre est très talentueux (génération Fauchon avec les Christophe Adam, Grolet, etc) et c’est assez original, maîtrisé. Je n’ai jamais pris els gâteaux secx à vrai dire. Quant au Paris-New-York, il est sorti juste après le Paris-Brest mais j’aime tellement la cacahuète 😀

  2. J’y suis retournée et ai eu un vrai coup de cœur pour le galet et sa généreuse crème vanille aérienne,très parfumée, vraiment délicieuse s’associant parfaitement avec le cœur caramel…. J’ai adoré. J’ai également goûté au baba au rhum avec une ganache vanille, également délicieux et bien équilibré, il a fait l’unanimité de la table. J’ai pu goûter au financier hyper moelleux, vraiment excellent, le moelleux au chocolat était fondant et riche en chocolat et a fait le bonheur d’un des convives. J’ai moins aimé le lacté ( chocolat et caramel au beurre salé) que j’ai trouvé plus écœurant ( mais d’autres s’en sont régalés). Je n’ai pas goûté mais étant donné le cri de ravissement d’une amie, la tarte ananas basilic ne devait pas être mal non plus.

  3. Il y a vraiment une très belle variété dans les pâtisseries proposées là-bas, une certaine finesse de surcroit. Et puis c’est vrai que quand on consomme sur place, l’ambiance y est fort appréciable. Pour le lacté, je pense que la recette a changé parce que lorsque je l’avais goûté, il n’y avait pas de caramel au beurre salé.

  4. Oui c’est vraiment une belle adresse avec toujours des créations nouvelles. Vous me mettez le doute pour le lacté ( j’en ai piqué un morceau dans l’assIette d’un voisin😉 mais il me semble bien qu’il y avait du caramel…. bon j’y suis allée le même jour qu’à la maison Aleph , peut être qu’après 3 jours de fête ma mémoire n’était pas au top😃)!

  5. 😀
    Non mais je pense que la recette a changé puisque son aspect n’est plus le même non plus.

  6. Ouf! Vous me rassurez, l’alzheimer précoce ne me guette peut-être pas😀

  7. C’est en train de devenir ma deuxième maison😂… J’y suis retournée avec une amie et nous avons partagé un Paris New York toujours au top et j’ai découvert le croustillant au grué de cacao. J’ai vraiment Adoré toutes les textures et la sorte de tuile croustillante venant les exacerber et ce n’est absolument pas écœurant. J’ai goûté une gorgée de chocolat chaud, il est aussi très très bon. Par contre les macarons que j’ai goûtés m’ont paru trop sucrés sauf le passion, vraiment très fin.

  8. Ah ba je vois que cela va devenir votre deuxième maison 😀
    Pour ma part, je ne suis pas très macaron, à part un de temps en temps, mais ils se ressemblent tous, ca n’apporte rien en bouche…

  9. Oui, je voulais goûter leur galette aux pralines roses ( après une série de dégustation de brioches aux pralines roses) mais je suis arrivée trop tard, il n’y en avait plus.
    J’ai adoré les macarons il y a quelques années (surtout ceux de Ladurée), mais maintenant j’en mange peu car c’est en effet souvent beaucoup trop sucré voire écœurant . Par contre j’aimais bien la texture crousti fondante du macaron associée à une garniture crémeuse ou sirupeuse en bouche. Mais quand je vois des parfums peu communs ma curiosité gourmande l’emporte et je goûte (comme ici le citron vert gingembre… Mais c’était vraiment beaucoup beaucoup trop sucré).

  10. Oui certains macarons sont intéressant dans leur composition, mais faut-il retrouver la saveur. C’est rarement le cas je trouve…
    Je prends la galette aux pralines cette semaine 🙂

  11. En effet, j’ai goûté celui à la poire et chocolat mais on ne sent quasiment pas la poire, pas vraiment d’intérêt ! Si je passe à proximité, j’essaierai d’en avoir une aussi aux pralines roses, je sais qu’ils en vendent à la part ici.

  12. Ils m’ont dit qu’ils ne la vendaient pas à la part, bizarre…

  13. Ha ha… Je l’ai eue (à la part😜)! J’y suis passée en fin d’après-midi et l’ai dégustée au comptoir en papotant avec la personne qui s’occupait de la boutique , très sympa! Cela m’étonne qu’on vous ait dit cela car j’avais déjà demandé samedi et une autre personne m’avait dit oui. Je crois que c’était en plus affiché aujourd’hui dans la boutique. J’ai bien aimé , le feuillletage m’a beaucoup plu , la praline rose n’était pas assez marquée à mon goût et j’aurais aimé un peu plus de morceaux croquants dans la crême, mais l’ensemble était malgré cela franchement très bon et digeste.

  14. Je vous dirai ca alors 😉 J’en prendrai peut-être une petite pour quatre 😛

  15. Oui vous me direz…. À partager ou à manger seul😂?! Je me suis aussi laissée tentée par des brioches feuilletées individuelles pour le petit déjeuner , mon fils m’a demandé si c’était des khouign Aman ou des brioches tant elles étaient beurrées..Un peu trop à mon goût aussi!

    1. A partager! Ma compagne adore les pralines 🙂

  16. C’est plus raisonnable si vous la partagez à 2😃! Vous me direz ce que vous en avez pensé tous les 2, votre compagne ayant sans doute de points de comparaison.,.. vous devez certainement connaître les brioches aux pralines roses de chez Pralus, juste à côté d’un dimanche à Paris😉?

  17. Oui bien sûr! Excellentes aussi chez Pralus, les maîtres ne la matières. J’aime beaucoup les petites brioches à la praliné de Benoit castel et même de Landemaine, très raisonnables.

  18. Je ne suis jamais allée encore chez Benoît Castel mais en ai entendu beaucoup de bien. Je connais Landemaine mais n’ai pas goûté cela, c’est une envie que je n’ai que depuis Noël, ma sœur m’ayant fait goûter une brioche feuilletée aux pralines venant d’une petite boulangerie de l’Oise à tomber! Cela a été une vraie réminiscence d’une brioche que me préparais une tante quand j’étais petite, depuis j’ai deux pralines roses en lieu et place des yeux😃!

  19. C’est tellement bon en même temps!! La Maison Sève en est spécialiste (à Lyon il me semble).

  20. Je ne connaissais pas, je viens de regarder le site internet et je garde le nom en mémoire pour mon weekend lyonnais en octobre.

  21. Vous savez peut être où je peux trouver de bonnes pralines roses à un prix correct pour tester a recette de brioche de ma tante?

  22. Je pense que vous trouverez ça aisément chez G.Detou. C’est un magasin qui vend des ingrédients pour les pros en gros, semi-gros ou au détail. Pour pas trop cher!

    58 rue Tiquetonne (Les Halles/Etienne Marcel/Montorgueil)

  23. Ah cool! Merci! C’est un coin où j’aime bien me balader, j’irai chercher cela dès que possible!

  24. J’ai pris de la galette à la praline, qui est bien venue à la part, vous aviez raison. D’ailleurs, heureusement, puisqu’il n’y en avait plus d’entière ! C’est pas trop mal mais je rejoins votre avis. J’en reparlerai 😉

  25. Je suis heureuse que vous ayez pu y goûter! Ok! J’attends l’avis officiel! 😀

  26. Vous verrez ça 😜

  27. Ouaip! Mon deuxième prénom est Patience comme vous pouvez le constater 😉!
    Je dois aller dans le quartier des Halles tout à l’heure j’en profiterai pour voir si je trouve les pralines.

  28. Merci pour votre super adresse, j’ai trouvé les pralines et bien plus encore à prix très intéressant, une vraie caverne d’Ali Baba qui porte bien son nom! J’ai pu ,en outre , résoudre mon problème de pâte feuilletée car ils vendent aussi celle de la maison François qui a très bonne réputation mais était trop chère avec les frais de port via internet ! Top👏👏👏!

  29. Ravi que vous ayez pu trouver! Cette boutique est en effet une caverne. Et puis à deux pas, si vous voulez du matériel, vous avez Mora ou La Bovida 🙂

  30. Oui je connais Mora, par contre la Bovida non, où est ce exactement ?
    J’ai aperçu votre galette, pas bien compris le problème de cuisson car elle était dorée à souhait et magnifique 👏👏👏. Si elle était aussi bonne qu’elle avait fière allure vous n’avez pu que vous régaler… Petite question : y a t’îl une différence de saveur entre pâte feuilletée classique et pâte feuilletée inversée?

  31. La Bovida, c’est exactement le même genre que Mora, juste en face (à l’angle de la rue).
    Oui j’ai réussi à rattraper ma galette mais il y a eu une fuite assez inexplicablement durant la cuisson…
    Après au niveau de la page, la différence est surtout au niveau du feuilletage

  32. Ok merci .J’ai dû passer devant plein de fois sans faire attention . J’irai voir la prochaine fois. Ah zut, un peu de crème s’est échappée et cela a moins gonflé alors? Visuellement cela n’apparaît pas sur votre photo, on a tout juste envie de la croquer .
    Vous voulez dire que le type de feuillletage en change la texture mais pas le goût?

    1. Oui voilà ça aurait du gonfler davantage, en plus la pate était parfaite.. mais j’ai rattrapé le coup !

    2. Et pour le feuilletage au fait, pas de différence de goût de mon point de vue.

  33. Bravo👏!

  34. Merci mais j’aurais préféré que tout roule correctement !

  35. Oui je comprends parfaitement , c’est un investissement personnel avec un supplément d’âme, un acte d’amour , et on aime que le résultat soit à la hauteur😉 et corresponde à ce qu’on souhaite réaliser, mais je suis certaine que cela a été apprécié autour de vous, et ainsi que vous le dites justement fréquemment l’essentiel reste le goût😋.

  36. Oui ça l’a été 🙂

  37. J’en étais convaincue: un acte d’amour partagé et apprécié par ceux qu’on aime…. N’y a t’il pas plus beau résultat? Que peut on rêver de mieux?

Laisser un commentaire