Burgundy : épatant Tea Time signé Pascal Hainigue

J’étais déjà venu au Burgundy, oui. J’avais dégusté des gâteaux du chariot, oui. Mais jamais encore je n’avais dégusté la formule Tea Time de Pascal Hainigue. C’est désormais chose faite.
Comme j’ai l’habitude de le dire, j’ai deux/trois grosses références dans ce secteur en palace : George V, Ritz, Crillon… mais j’en ai aussi deux dans des hôtels de prestige, un peu moins « luxueux » : le Novotel et le Burgundy donc.

Dans la plus grande discrétion, le chef effectue un boulot de titan, avec des créations marquées par le goût, une certaine justesse et une réduction du sucre.

Ce Tea Time m’a conforté dans cette idée, moi qui ne suis pas très « formule » de base. Je vous laisse juges.

.

LES PIÈCES SALÉES (réalisées, chose rare, par le chef du restaurant étoilé « Le Baudelaire », Guillaume Goupil.
Canapé saumon-aneth / Bun crème d’avocat-magret de canard / Sandwich à la crème d’œufs.

Ma deuxième partie salée préférée désormais, tous Tea Time confondus dans la capitale.


LES SCONES-STREUSEL CHOCOLAT, accompagnés de crème mascarpone aux agrumes.

Servis tièdes, donc sur mesure, excellent, dans le top 3 parisien avec le Prince de Galles et La Réserve.


LE KOUGLOF alsacien aux raisins, caramélisé – Démentiel.

Spécialité du chef, originaire d’Alsace. Moins imbibé qu’à l’accoutumé, il reprend les codes de la merveilleuse brioche de Maxime Frédéric au George V.


LES PIÈCES SUCRÉES : Tarte citron meringuée / Dacquoise aux éclats de marrons, cœur acidulé au kalamansi, sablé noisettes / Religieuse au caramel épicé, praliné amande, fève de tonka / Le Shiso-ananas / Tartelette chocolat Arriba 75% au cœur coulant de caramel et à la vanille / Forêt noire.

Prix : 40 € (avec boisson chaude).


Tout est d’un très haut niveau. De A à Z, aucune faute de goût, peu de sucre, Madame peut confirmer. Du salé, en passant par les scones chocolatés chauds, jusqu’aux six pâtisseries, version miniature des créations disponibles au chariot, la justesse et l’équilibre sont au rendez-vous dans un cadre original et une vaisselle moderne.
Le tout pour un prix peu onéreux, étant donné la qualité proposée et le prix du marché. Il a augmenté en un an, mais à très juste titre.


On oublie pas ce démentiel marbré à la cacahuète, un des meilleurs de Paris honnêtement, qui réussit le pari d’être gourmand sans être trop sucré.


.
.
.
.
.

.

 Le Burgundy, 6-8 rue Duphot, Paris VIIIe.

2 Commentaires

  1. Pour y être allé il y a quelques mois, je me range complètement derrière ton avis.
    C’était excellent, en tout point. Jai même pu demander une version sans le salé, remplacer par quelques pièces en sus. Et ce marbré….quel choc.
    Le service était parfait lui aussi.
    Le seul autre tea time déjà fait était au Meurice (parce que…le nom….) et sans même mettre le prix dans la balance, j’ai préféré celui du Burgundy.

    1. Ah je ne savais pas qu’on pouvait enlever le salé pour du sucré.. bon à savoir, merci!!
      Et oui en effet, rapport qualité prix c’est vraiment un des meilleurs. Après c’est une question d’ambiance..

Laisser un commentaire